classicistranieri.com

We are not Charlie and we will never be.

Léon Bloy – Projet d’Oraison funebre

Easy Plugin for AdSense by Unreal C’est à peine si quelques-uns savent qu’il vient de mourir. Quand la multitude de ceux qui se croient vivants apprendra sa mort, il y aura sûrement dans les journaux de vives jérémiades clichées sur le grand écrivain défunt «qu’on a eu la douleur de perdre», après l’avoir si bassement […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Léon Bloy – Le Parloir des Tarentules

Ce fut chez Barbey d’Aurevilly, en 1869, au temps de ma jeunesse radieuse, que je rencontrai ce poète. Il m’intéressa tout de suite par ses cheveux et son coup de gueule. C’était un hirsute blanc dont le port de tête continuel semblait un défi à tous les tondeurs. Bien qu’il eût à peine quarante ans, […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Léon Bloy – La Religion de M. Pleur

Généralement, les individus qui ont excité mon dégoût en ce monde étaient des gens florissants et de bonne renommée. Quant aux coquins que j’ai connus, et ils ne sont pas en petit nombre, je pense à eux, à eux tous sans exception, avec plaisir et bienveillance. THOMAS DE QUINCEY L’aspect de ce vieillard fécondait la […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Léon Bloy – La Tisane

Jacques se jugea simplement ignoble. C’était odieux de rester là, dans l’obscurité, comme un espion sacrilège, pendant que cette femme, si parfaitement inconnue de lui, se confessait. Mais alors, il aurait fallu partir tout de suite, aussitôt que le prêtre en surplis était venu avec elle, ou, du moins, faire un peu de bruit pour […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Charles Baudelaire – Le Vampire

Toi qui, comme un coup de couteau, Dans mon coeur plaintif es entrée ; Toi qui, forte comme un troupeau De démons, vins, folle et parée, De mon esprit humilié Faire ton lit et ton domaine ; – Infâme à qui je suis lié Comme le forçat à la chaîne, Comme au jeu le joueur […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Charles Baudelaire – Le Soleil

Le long du vieux faubourg, où pendent aux masures Les persiennes, abri des secrètes luxures, Quand le soleil cruel frappe à traits redoublés Sur la ville et les champs, sur les toits et les blés, Je vais m’exercer seul à ma fantasque escrime, Flairant dans tous les coins les hasards de la rime, Trébuchant sur […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Charles Baudelaire – Le Voyage

Pour l’enfant, amoureux de cartes et d’estampes, L’univers est égal à son vaste appétit. Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes ! Aux yeux du souvenir que le monde est petit ! Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, Le coeur gros de rancune et de désirs amers, […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Charles Baudelaire – Allégorie

C’est une femme belle et de riche encolure, Qui laisse dans son vin traîner sa chevelure. Les griffes de l’amour, les poisons du tripot, Tout glisse et tout s’émousse au granit de sa peau. Elle rit à la mort et nargue la Débauche, Ces monstres dont la main, qui toujours gratte et fauche, Dans ses […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Giosuè Carducci – L’Aminta e la vecchia poesia pastorale

I L’Aminta è un portento: portento vivo d’armonia tra l’ispirazione e l’espressione e l’impressione rispondentisi negli effetti, che è il sommo nell’arte della poesia riflessa: portento storico nella spirituale continuità della poesia italiana, perché venne al momento opportuno, chiudendo il lavoro della imitazione perennemente innovante e trasformante del Rinascimento e aprendo nella idealizzazione, se può […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments

Giosuè Carducci – Sì crudelmente fero è quel flagello

Sí crudelmente fero è quel flagello Onde me già del breve correr lasso Il disinganno sferza a ciascun passo, Che fine io chiamo al reo cammin l’avello; E tra forme gentili e nel piú bello Aprir de’ floridi anni io l’occhio abbasso, Quasi cercando oltre la terra il passo A l’inamabil cieco ultimo ostello. Ma […]

more... »

dom, luglio 31 2011 » Senza categoria » No Comments