classicistranieri.com / Edgar Allan Poe – The Power of Words

Skip to content

Tag Archives: Poe

Edgar Allan Poe – The Power of Words

23-feb-14

OINOS. Pardon, Agathos, the weakness of a spirit new-fledged with immortality! AGATHOS. You have spoken nothing, my Oinos, for which pardon is to be demanded. Not even here is knowledge thing of intuition. For wisdom, ask of the angels freely, that it may be given! OINOS. But in this existence, I dreamed that I should [...]

Wikipedia – Edgar Allan Poe – PDF

16-ago-13

N. P. Willis – The Death of Edgar Allan Poe

16-ago-13

THE ancient fable of two antagonistic spirits imprisoned in one body, equally powerful and having the complete mastery by turns-of one man, that is to say, inhabited by both a devil and an angel seems to have been realized, if all we hear is true, in the character of the extraordinary man whose name we [...]

James Russell Lowell – Edgar Allan Poe

16-ago-13

THE situation of American literature is anomalous. It has no centre, or, if it have, it is like that of the sphere of Hermes. It is, divided into many systems, each revolving round its several suns, and often presenting to the rest only the faint glimmer of a milk-and-water way. Our capital city, unlike London [...]

Edgar Allan Poe – Review of “The Betrothed Lovers”

12-nov-12

I Promessi Sposi, or the Betrothed Lovers; a Milanese Story of the Seventeenth Century: as translated for the Metropolitan, from the Italian of Alessandro Manzoni, by G.W. Featherstonhaugh. Washington: stereotyped and published by Duff Green. 1834. 8vo. pp. 249. The appearance of this work strongly reminds us of the introductory remarks with which the Edimburg [...]

Edgar Allan Poe – La Chute de la Maison Usher – Traduit par Charles Baudelaire

21-nov-11

Son cœur est un luth suspendu; Sitôt qu’on le touche, il résonne. DE BÉRANGER. Pendant toute une journée d’automne, journée fuligineuse, sombre et muette, où les nuages pesaient lourds et bas dans le ciel, j’avais traversé seul et à cheval une étendue de pays singulièrement lugubre, et enfin, comme les ombres du soir approchaient, je [...]

Edgar Allan Poe – Le Coeur révélateur – Traduit par Charles Baudelaire

21-nov-11

Vrai!—je suis très-nerveux, épouvantablement nerveux,—je l’ai toujours été; mais pourquoi prétendez-vous que je suis fou? La maladie a aiguisé mes sens,—elle ne les a pas détruits,—elle ne les a pas émoussés. Plus que tous les autres, j’avais le sens de l’ouïe très-fin. J’ai entendu toutes choses du ciel et de la terre. J’ai entendu bien [...]

Edgar Allan Poe – L’homme des foules – Traduit par Charles Baudelaire

21-nov-11

Ce grand malheur de ne pouvoir être seul! La Bruyère. On a dit judicieusement d’un certain livre allemand: Es loesst sich nicht lesen,—il ne se laisse pas lire. Il y a des secrets qui ne veulent pas être dits. Des hommes meurent la nuit dans leurs lits, tordant les mains des spectres qui les confessent, [...]

Edgar Allan Poe – William Wilson – Traduit par Charles Baudelaire

21-nov-11

Qu’en dira-t-elle? Que dira cette CONSCIENCE affreuse, Ce spectre qui marche dans mon chemin? Chamberlayne.—Pharronida. Qu’il me soit permis, pour le moment, de m’appeler William Wilson. La page vierge étalée devant moi ne doit pas être souillée par mon véritable nom. Ce nom n’a été que trop souvent un objet de mépris et d’horreur,—une abomination [...]

Edgar Allan Poe – Le Chat noir – Traduit par Charles Baudelaire

21-nov-11

Relativement à la très-étrange et pourtant très-familière histoire que je vais coucher par écrit, je n’attends ni ne sollicite la créance. Vraiment, je serais fou de m’y attendre, dans un cas où mes sens eux-mêmes rejettent leur propre témoignage. Cependant, je ne suis pas fou,—et très-certainement je ne rêve pas. Mais demain je meurs, et [...]

Edgar Allan Poe – Le Démon de la perversité – Traduit par Charles Baudelaire

21-nov-11

Dans l’examen des facultés et des penchants,—des mobiles primordiaux de l’âme humaine,—les phrénologistes ont oublié de faire une part à une tendance qui, bien qu’existant visiblement comme sentiment primitif, radical, irréductible, a été également omise par tous les moralistes qui les ont précédés. Dans la parfaite infatuation de notre raison, nous l’avons tous omise. Nous [...]

Charles Baudelaire – Notes nouvelles sur Edgar Poe

21-nov-11

I Littérature de décadence!—Paroles vides que nous entendons souvent tomber, avec la sonorité d’un bâillement emphatique, de la bouche de ces sphinx sans énigme qui veillent devant les portes saintes de l’Esthétique classique. À chaque fois que l’irréfutable oracle retentit, on peut affirmer qu’il s’agit d’un ouvrage plus amusant que l’Iliade. Il est évidemment question [...]