AFRIQUE / AFRIQUE DU SUD – Les élections municipales du 1er novembre sont pour les Évêques, une occasion de “renouveau moral”

 15 total views,  1 views today

Pretoria – Lundi 1er novembre, environ 26 millions de Sud-Africains sont appelés aux urnes pour les élections municipales, afin de choisir les membres des Conseils de toutes les municipalités des 9 provinces dans lesquelles le pays est administrativement divisé. Dans une longue lettre pastorale publiée par la Conférence des évêques d’Afrique du Sud avant les élections, les Évêques soulignent qu’elles sont l’occasion d’un “renouveau moral” des hommes politiques sud-africains, qui doivent trouver leurs racines dans les valeurs éthiques, plutôt que dans les intérêts personnels ou de parti et le leadership économique. En agissant de la sorte, ils laissent la place à la corruption et à la méfiance de la population envers l’État et les institutions.
Les Évêques rappellent que, dans la situation de crise actuelle, il n’est pas nécessaire de recourir à des manifestations violentes ou de boycotter les élections en signe de protestation et de méfiance à l’égard de la politique, et ils appellent donc tous les électeurs à participer à la consultation, en votant selon leur conscience. Ils soulignent à cet égard l’importance de la prière, du discernement par l’Esprit et de la formation. Ils posent ensuite un certain nombre de questions auxquelles les citoyens doivent répondre avant de voter.
“Les prochaines élections, poursuivent-ils, peuvent devenir le premier pas vers la transformation morale des politiciens sud-africains si nous organisons des élections pacifiques, d’où sortiront des dirigeants qui agiront avec justice et miséricorde et marcheront humblement avec leur Dieu. Pour que les élections soient pacifiques et équitables, ils demandent aux partis politiques d’éviter les déclarations intimidantes, incendiaires et inappropriées, de respecter les résultats, de veiller au respect de la loi et de mettre fin aux assassinats politiques. Les médias, eux aussi, doivent s’abstenir de tout sensationnalisme et rapporter les nouvelles de manière appropriée et responsable, dans l’intérêt du bien commun. “Il est de la responsabilité de chacun d’entre nous de créer un environnement de tolérance qui permette à chaque Sud-Africain de soutenir et de voter pour le parti ou le candidat indépendant de son choix, sans crainte de violence et d’intimidation.” Enfin, les Évêques appellent à prier, dans les paroisses et les familles, “pour que l’Esprit Saint nous permette de choisir des dirigeants qui soient droits et engagés en faveur de la dignité humaine et du bien commun”.