AFRIQUE/AFRIQUE DU SUD – “Nous devons également demander des comptes pour les violences et les pillages”, déclare le président de la SACBC

 56 total views,  1 views today

Johannesburg – ” Ce que je voudrais proposer, c’est d’ajouter notre voix à l’appel à la responsabilité pour les violences et les pillages qui ont été autorisés dans le pays. Ceux qui, activement ou par omission de leurs fonctions, l’ont facilité doivent en rendre compte”, a déclaré Son Excellence Sithembele Sipuka, Évêque de Mthatha, dans son discours d’ouverture de l’assemblée plénière de la Conférence des Évêques catholiques d’Afrique australe , qu’il préside.
Mgr Sipuka fait référence aux violences qui ont éclaté après l’arrestation de l’ancien président Jacob Zuma, avec la mort de plusieurs personnes et le pillage et la destruction de plusieurs bâtiments publics et privés .
Mgr Sipuka a ensuite commenté la réaction du gouvernement à la tragédie : “le gouvernement s’est engagé à accorder une subvention aux personnes touchées parce que “c’est un gouvernement bienveillant”. Mais s’il s’était agi d’un gouvernement bienveillant, il aurait fait davantage pour développer les pauvres gens qui ont été négligés et dont la colère profonde a éclaté en violence avec l’arrestation de l’ancien président”.
L’Évêque Sipuka a ensuite abordé la situation critique des jeunes Sud-Africains, dont beaucoup sont “attachés à la mentalité d’être pris en charge”, et les a exhortés à mettre leurs talents au service de l’amélioration de leur situation. “Si le gouvernement doit être mis au défi de jouer son rôle pour améliorer la vie des citoyens, utilisons aussi le peu qui nous entoure.”
Le Président de la SACBC, qui comprend les Évêques d’Afrique du Sud, d’eSwatini et du Botswana, a souligné que leur assemblée s’est déroulée dans un contexte de Covid-19, de déstabilisation sociale en Afrique du Sud et de révolution politique dans le Royaume d’eSwatini .Heureusement, il ne semble pas encore y avoir de crise grave au Botswana. Du côté de l’Église, sa vie et son travail se poursuivent mais ils sont entravés par la situation à Covid-19.
L’Évêque a remercié tous les catholiques d’Afrique australe de garder la foi en ces temps difficiles, en utilisant tous les moyens possibles pour maintenir vivante leur relation personnelle avec Dieu et la mission de l’Église. Mais Sipuka a stigmatisé les fidèles qui ne vont pas à la messe sous prétexte de la peur d’attraper le COVID-19 mais fréquentent les centres commerciaux et autres rassemblements.