AFRIQUE/CENTRALE – ” Etre prêtre ici compte, les gens vous accueillent avec respect et vous proposent leur aide” : des missionnaires prêts à partager l’Évangile

 16 total views,  1 views today

Bangui – “Il est un peu tôt pour faire des bilans et aussi pour exprimer des impressions car, en réalité, depuis que je suis ici, je suis rarement sorti de notre maison de la Société des Missions Africaines à Bangui”, écrit le Père Davide Camorani, missionnaire SMA.
Davide a été ordonné prêtre le 24 juillet et il est arrivé en République Centrafricaine le 21 septembre, pour commencer, avec son frère le Père Michele Farina, la première mission SMA dans le pays .
Dans la note envoyée à l’Agence Fides, on peut lire l’enthousiasme du missionnaire prêt dans son défi pour l’évangélisation. Je me suis rendu compte qu’ici, être prêtre compte, que les personnes vous accueillent avec respect et proposent de vous aider”, a-t-il écrit, en racontant une anecdote liée à son arrivée à l’aéroport de Bangui. Dès que je suis descendue de l’avion, la policière chargée du tout premier contrôle m’a demandé si j’avais un chapelet pour elle, en précisant qu’elle était également catholique. J’en avais un et je le lui ai donné, après quoi tout s’est déroulé sans problème, elle m’a emmené enregistrer mon visa, changer mon argent, et m’a remis à un employé pour qu’il m’aide à récupérer mes bagages facilement.”
“Même pendant cette courte période, j’ai pu vérifier que les gens communiquent entre eux, que la vie quotidienne est faite de choses simples et que toute nouveauté, aussi petite soit-elle, est digne d’intérêt et fait l’objet de discussions. Alors, après la messe célébrée dans la chapelle de la maison SMA, à laquelle assistent aussi les gens du quartier, je suis sorti et je me suis rendu compte qu’ils me connaissaient tous, ils m’ont salué en m’appelant “père David”. Et dire que nous sommes en ville, sans parler des villages !”
Le père Camorani se souvient également d’avoir assisté à la messe dominicale à la paroisse Saint-Pierre, au cœur de Bangui. “La messe était célébrée en sango, la langue nationale de la République centrafricaine, je ne comprenais pas la langue, alors j’ai un peu aidé. En écoutant, j’ai pensé que la musique est vraiment un langage universel exceptionnel, que proclamer l’Évangile d’une manière aussi engageante et pétillante est quelque chose qui ne peut laisser personne indifférent.
J’ai commencé un cours en sango, pour préparer ma mission à Monassao, à quelques centaines de kilomètres de Bangui , où le français est très peu parlé et où la connaissance de la langue locale est essentielle. Pour le moment, conclut le missionnaire, je peux célébrer la messe en français, y compris l’homélie. Le jour où je pourrai célébrer en sango, cela signifiera que je suis prêt à partir et à continuer à apprendre sur place car, comme on le sait, les langues s’apprennent en parlant”.