AFRIQUE/ETHIOPIE – Des missionnaires salésiens arrêtés, engagés dans l’éducation des enfants : appel à la libération

 23 total views,  1 views today

Addis Abeba – Dans un climat général de chaos et d’incertitude, la nouvelle, confirmée à l’Agence Fides par des sources locales, du raid effectué le 5 novembre par les forces militaires gouvernementales dans un centre géré par les salésiens dans la zone de Gottera, à Addis Abeba, et de l’arrestation consécutive de 17 prêtres, frères religieux et employés du centre, tous emmenés sans raison et déportés dans un lieu inconnu, suscite une grande préoccupation. Secoués par l’événement, les salésiens d’Ethiopie, dans un message envoyé à Fides, invitent à “prier pour la paix et l’unité du pays”. Dans une situation de souffrance, de pauvreté, de peur et de précarité absolue, tous les chrétiens d’Éthiopie espèrent que l’appel du pape, l’intervention de l’Union africaine et celle de l’envoyé américain dans la Corne de l’Afrique, Jeffrey Feltman, contribueront à apaiser la situation.
” La nouvelle de l’arrestation de prêtres, diacres et laïcs éthiopiens et érythréens qui vivaient dans la maison provinciale salésienne – commente à Fides le père Mussie Zerai, président de l’agence ” Habeisha ” – nous laisse consternés. Nous ne comprenons toujours pas les raisons d’un acte aussi grave : pourquoi arrêter des prêtres qui accomplissent leur mission d’éducation, qui plus est dans un centre qui s’est toujours engagé à faire le bien, fréquenté depuis des années par de nombreux enfants, où les enfants des rues sont réhabilités ? Ils ont arrêté le Provincial, les prêtres, les diacres, le personnel de cuisine, et nous avons connaissance de raids et de perquisitions dans d’autres maisons religieuses. Mais il est clair pour tout le monde que les églises, les maisons des religieux, ne sont pas des centres de politique. Nous espérons que tout sera résolu au plus vite et que chacun sera libéré très rapidement, et que cette folie ne sera pas un obstacle à la mission de l’Église auprès des pauvres et des personnes en difficulté. J’ai moi-même visité le Centre et j’ai pu constater son bon fonctionnement, ouvert à tous sans distinction d’ethnie, de religion ou de classe sociale.
Les salésiens ont commencé à travailler en Ethiopie en 1975. Depuis lors, ils ont établi une présence significative dans cinq régions du pays. L’un d’entre eux est le Tigré, centre d’un conflit qui, en un an seulement, est devenu la pire guerre du monde, avec d’innombrables réfugiés et une population presque entière réduite à l’épuisement. Les salésiens, dans leur tradition d’enracinement dans le domaine de l’éducation, gèrent des jardins d’enfants, des écoles primaires, des lycées et des centres d’orientation et de formation professionnelle. Actuellement, la province compte 100 membres vivant dans une quinzaine de maisons réparties dans l’immense pays africain. Leurs activités sont menées à travers trois centres de mission, 5 paroisses, 6 écoles techniques, 13 centres de jeunesse, 13 écoles primaires et secondaires et 2 centres pour enfants des rues.
En outre, comme le rapporte le site d’information Africa ExPress, des policiers ont pénétré dans la cathédrale chrétienne orthodoxe d’Addis-Abeba, obligeant les prêtres et les moines tigres à interrompre les services religieux. Les ecclésiastiques ont ensuite été embarqués dans des fourgons des forces de sécurité et emmenés dans des lieux non identifiés.