AFRIQUE/KENYA – “L’ère de la conquête, de l’extraction et de l’exploitation a fait place à la coopération et à la communauté” : la pétition des chefs religieux

 18 total views,  1 views today

Nairobi – “Nous attendons avec impatience un monde transformé dans lequel l’humanité, dans toute sa diversité, développe un respect commun pour la vie sur la planète Terre. Ensemble, nous construisons des communautés et des économies résilientes et solidaires qui répondent aux besoins de tous et protègent la Création”, ont déclaré les chefs religieux africains, signataires de la pétition sur le changement climatique, en référence à la Cop26 en cours à Glasgow. “L’ère de la conquête, de l’extraction et de l’exploitation a laissé place à la coopération et à la communauté”, ont-ils ajouté.
Dans le texte envoyé à Fides, les chefs religieux africains insistent pour “ne pas perpétuer un système économique obsolète basé sur les combustibles fossiles et la destruction des forêts, des eaux, des océans et des sols, qui sont fondamentaux pour l’espèce humaine”. Ils rappellent qu’il faut promouvoir les énergies renouvelables, l’accès universel à l’eau et à l’air pur, des prix abordables pour les énergies propres et les aliments cultivés dans le respect de la terre, ainsi que la création d’emplois sûrs.
Les chefs religieux ont également mis en garde contre les industries extractives qui “détruisent de manière immorale les forêts tropicales, leur incomparable biodiversité et leurs gardiens indigènes”. Ils ont également appelé les gouvernements à promulguer et à appliquer des lois qui protègent à la fois les personnes et la planète, en harmonie avec la dignité inhérente à chaque être humain et la biodiversité de la planète. “Les pays riches doivent s’engager à atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d’ici 2030 et accélérer les transferts financiers et technologiques vers les pays plus pauvres pour assurer une transition mondiale juste vers le zéro avant 2050.”
Dans leur message, les organisations religieuses promettent d’être “des modèles de leadership environnemental, en promouvant l’éducation religieuse, les structures et les voix publiques des chefs spirituels, des membres et des adeptes, afin d’encourager les cercles locaux de soins et de résilience dans les communautés à participer à la transformation par l’éducation, l’organisation, le plaidoyer et la formation professionnelle”.
“Chaque personne est porteuse d’une étincelle divine, de dons uniques et d’une responsabilité morale de faire de sa vie une bénédiction pour la Terre et pour tous les peuples”, ont-ils conclu en s’adressant à chaque individu.
La pétition soutient l’appel du Pape François à une action urgente et porte les signatures et les demandes de plus de 120 000 catholiques et de plus de 425 organisations partenaires, représentant collectivement des centaines de milliers de chrétiens sur six continents. Parmi les autres participants figurent l’évêque Joseph Obanyi du diocèse de Kakamega, au Kenya, le secrétaire général du Conseil des Églises de Zambie, qui comprend la Conférence des Évêques catholiques de Zambie , le père Emmanuel Chikoya, et des membres du Conseil interreligieux d’Ouganda .