AFRIQUE/KENYA – Les Évêques mettent en garde contre la révision des mesures disciplinaires dans les écoles pour mettre fin aux incendies criminels et à la violence

 28 total views,  1 views today

Nairobi – ” Nous devons revoir comment maintenir la discipline dans nos écoles à travers un effort conjoint de correction, de tutorat, de conseil ainsi qu’un ministère efficace d’aumônerie “, ont déclaré les Évêques de la Conférence épiscopale du Kenya , à propos des incendies criminels qui continuent à se produire dans les écoles du pays. ” Les parents devraient être davantage impliqués et sensibilisés dans le processus éducatif “, peut-on lire dans la note du KCCB envoyée à l’Agence Fides. Les incendies criminels évoqués par les Prélats ont entraîné la fermeture de dizaines d’établissements d’enseignement dans le pays, des dommages et des pertes de biens, ainsi que des pertes de temps d’enseignement.
Selon la déclaration, les causes possibles de ces perturbations sont à chercher dans l’indiscipline croissante causée par l’abus de drogues ainsi que dans la pression d’un calendrier scolaire excessivement comprimé et irrégulier. “Nous constatons que l’encombrement excessif actuel des dortoirs, des salles de classe et des cantines scolaires a fortement limité les étudiants.”
Dans un esprit de communion, les dirigeants des Églises ont appelé le Ministère de l’Éducation, la Commission des services aux enseignants et toutes les parties prenantes, y compris les Églises qui financent les écoles, “à tenir des réunions consultatives régulières pour aborder les questions émergentes”, ajoutant que le rôle des parrains comprend notamment “les valeurs et les normes morales et l’amélioration d’un environnement d’apprentissage favorable”. L’Église catholique, pour sa part, reste déterminée à continuer de promouvoir des programmes appropriés de conseil et de soutien spirituel, qui sont considérés comme essentiels pour tous les établissements d’enseignement. Pour aller de l’avant, les Prélats ont suggéré que le conseil d’administration, les directeurs et les chefs d’établissement soient “habilités et soutenus pour traiter les cas d’indiscipline extrême” et que “tous fassent un effort délibéré, visible et efficace pour éliminer l’accès à l’alcool et aux drogues dans les écoles”.
“Outre le manque de discipline, nous devons nous attaquer aux questions du cultisme et de la radicalisation dans les écoles, ainsi qu’aux problèmes de santé mentale”, ont déclaré les évêques, qui ont appelé les élèves et les étudiants à formuler leurs doléances de manière constructive et à savoir qu’ils sont aimés et pris en charge et que l’éducation est la clé de leur avenir.
Les Prélats ont exhorté toutes les parties prenantes à “écouter les étudiants et les élèves, et à chercher à résoudre leurs problèmes”. Les dirigeants de l’Église appellent les Kenyans à garder la foi et l’espoir malgré les nombreux défis auxquels le pays est confronté, notamment “les campagnes politiques qui ont commencé avant la date légale, les irrégularités électorales, y compris la fraude et le trucage des prochaines élections générales”.