AFRIQUE/KENYA – L’impact de la pandémie sur la vie religieuse

 69 total views,  1 views today

Nairobi – ” Le Covid-19 a affecté la santé physique et mentale des religieux ; leur bien-être psychologique doit donc être renouvelé car certains ont pu développer un stress particulier qui peut se traduire par des expériences traumatisantes “, a déclaré le Père Marcellin Ouédraogo, prêtre diocésain du Burkina Faso, au cours d’un webinaire parrainé par l’Association des Conférences épiscopales membres d’Afrique de l’Est .
“Le Covid-19 n’affecte pas seulement notre santé physique, notre bien-être psychologique, notre vie sociale et nos engagements ecclésiastiques, mais aussi notre vie spirituelle”, a déclaré le père Ouédraogo qui a ajouté que “faire une pause dans les activités religieuses dans la congrégation, la communion ou l’assemblée qui est l’essence même de l’expression de sa spiritualité au sens religieux, est une expérience qui change la vie de la spiritualité de nombreuses personnes.”
Selon le père Ouédraogo, “les pasteurs d’âmes, les imams, les gourous, les rabbins et autres chefs religieux ne trouvent pas l’expérience et les réglementations relatives à la pandémie agréables car elles affectent directement leurs devoirs de soins, de responsabilité et de subsistance, tout comme de nombreux autres membres de la population active dont ils dépendent.”
La pandémie qui a conduit à l’isolement, au confinement, à la quarantaine et à l’imposition d’un couvre-feu dans certaines situations “peut affecter et a affecté nos relations en tant que membres de la communauté et conduire à un traumatisme et à une désorientation”, a déclaré le père Ouedraogo.
Le prêtre a exhorté les personnes consacrées à prendre soin de leur santé mentale, sociale et spirituelle en “évitant la solitude et l’ennui, en restant occupées et en ayant du temps pour la communion et la camaraderie avec d’autres personnes pour un soutien spirituel”.
Au cours de son allocution devant des dizaines de personnes consacrées de divers pays, le père Ouédraogo, qui étudie actuellement le conseil psycho-spirituel au Marist International University College au Kenya, a encouragé les fidèles laïcs à soutenir et à prendre soin des religieux et du clergé.
“En raison de l’état de leur vie, les hommes et les femmes religieux sont plus stressés dans des situations normales et c’est pire dans des situations comme la pandémie de Covid-19. Ils sont plus vulnérables à la dépression et au stress, d’où la nécessité d’une prise en charge par les laïcs”, a-t-il ajouté.
Selon le coordinateur de l’AMECEA, le père Paul Mung’athia Igweta, qui a convoqué la conférence virtuelle sur le “bien-être psychosocial et le conseil psychospirituel pour le clergé et les religieux au milieu de la crise du Covid”, la série de conférences organisées avec le soutien de l’Agence catholique pour le développement à l’étranger vise à atténuer les effets du Covid-19 sur le clergé et les religieux, mais aussi à les doter de connaissances afin qu’ils puissent eux aussi soutenir d’autres personnes confrontées aux mêmes défis. “Après que les religieux et le clergé auront suivi ces conférences sur les soins psychosociaux et spirituels, nous espérons qu’ils seront en mesure d’éclairer d’autres personnes sur leur bien-être également”, a conclu le père Igweta.