AFRIQUE/MALI – Quatre ans et cinq mois après l’enlèvement, toujours aucune nouvelle de Sœur Gloria

 200 total views,  1 views today

Bamako – Le temps passe, inexorable et cruel : cela fait déjà 4 ans et 5 mois que Sœur Gloria Cecilia Narváez, une religieuse colombienne de la Congrégation des Sœurs franciscaines de Marie Immaculée, est aux mains des djihadistes au Mali . Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans , la branche malienne d’Al-Qaïda, avait revendiqué l’enlèvement le 1er juillet 2017 et avait publié sur internet une vidéo montrant la religieuse retenue en captivité dans le désert du nord du Mali.
” Dans la vidéo, des accusations absurdes ont été lancées contre Sœur Gloria et tous les missionnaires qui travaillent au Mali et dans le Sahel musulman “, écrit à l’Agence Fides le Père Marco Prada, prêtre de la Société des Missions Africaines et confrère du Père Gigi Maccalli, ancien otage des mêmes ravisseurs de la religieuse libérée en octobre 2020 . “Sœur Gloria Cecilia Narváez a été envoyée par sa congrégation au Mali pour prêcher le christianisme et convertir les musulmans à la religion chrétienne. Elle et sa congrégation ont la seule intention de dépouiller les musulmans du Mali de leurs croyances et de les remplacer par des mensonges”, telle est l’une des accusations formulées.
En septembre 2017, les autorités colombiennes avaient souligné la mauvaise santé de Sœur Gloria. “Elle est vivante, mais son état de santé n’est pas bon. Elle a des problèmes à une jambe et à un rein”, avait déclaré le général Fernando Murillo, commandant de la police colombienne chargé de l’enquête sur l’enlèvement.
P. Prada explique également que l’otage française Sophie Pétronin, longtemps compagne de Sœur Gloria en captivité puis libérée, avait confirmé la gravité de son état de santé. Il y a quelques semaines, la nouvelle a circulé sur les sites web de certains journaux colombiens que le gouvernement du pays de Sœur Gloria avait rappelé le groupe d’enquêteurs, appartenant aux forces spéciales de l’armée et des services secrets colombiens, envoyé au Mali il y a un an et demi pour une opération de recherche et de sauvetage de la religieuse. Ils étaient chargés de prendre contact avec les ravisseurs et, avec des collègues maliens, de faciliter la libération des religieuses. Le gouvernement n’a donné aucune explication pour cette mesure.