AFRIQUE – Risque d’implication de la République démocratique du Congo dans un nouveau conflit après les tensions entre l’Ouganda et le Rwanda

Rome – Les tensions entre l’Ouganda et le Rwanda ne semblent pas s’amoindrir. Le 1er avril, l’Ouganda a annoncé avoir ajouté 100 millions d’USD à son budget de la Défense, doublant ainsi de fait ses dépenses militaires. Kigali et Kampala sont à couteau tiré depuis 2017, s’accusant réciproquement de soutenir des groupes armés de leurs oppositions respectives.
Le Rwanda accuse en particulier l’Ouganda de fournir un soutien à deux groupes que sont le Congrès national du Rwanda et les Forces démocratiques de libération du Rwanda , cette dernière formation étant depuis des décennies présente dans l’est de la République démocratique du Congo.
A l’Agence Fides, étaient parvenues des nouvelles concernant la création, au Sud Kivu, d’une base de mercenaires recrutés au Rwanda, au Burundi, en Ouganda, en Tanzanie, au Kenya, au Malawi et au Mozambique dans le but d’envahir le Rwanda. Interpellées par Fides, des sources de l’Eglise locale affirment que « la nouvelle en tant que telle ne correspond pas à la vérité. Il ne résulte à personne la présence d’un nombre si important de mercenaires au Sud Kivu dans le but de renverser le régime rwandais. L’expérience passée fait soupçonner une possible manœuvre visant à justifier une occupation de la plaine de la Ruzizi ».
« Dans tous les cas – ajoutent les sources de Fides – il existe des épisodes même si de moindre importance qui font penser à une présence même si elle n’est pas aussi massive de mercenaires recrutés en vue d’une éventuelle action contre le Rwanda ». En particulier, sur les hauts plateaux dominant Fizi, à Minembwe, où vivent depuis des années des personnes d’origines rwandaises dénommées Banyamulenge, existe depuis deux à trois ans un groupe d’hommes armés étrangers liés au général rwandais Faustin Kayumba Nyamwasa. La majeure partie de ces éléments sont rwandais, ougandais avec l’apport de quelques burundais. Selon certaines informations, ils voudraient un jour attaquer le régime de l’actuel Président rwandais, Paul Kagame. Avant d’arriver à Minembwe, le Général Kayumba est passé par la Tanzanie où il pourrait avoir recruté des tanzaniens. Il semble que, depuis 2018, une partie des éléments armés du Général Kayumba se trouvent en territoire rwandais, dans la forêt de Nyungwe sans avoir pour l’heure déclenché aucune attaque. « Dans tous les cas, ce que nous savons est qu’il n’existe pas de trace d’une attaque massive de la part de mercenaires de diverses nationalités contre le Rwanda à partir du territoire de la République démocratique du Congo » concluent les sources de Fides.

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale