AFRIQUE/SOUDAN DU SUD – Un missionnaire combonien : “L’Eglise en première ligne pour la justice et la paix”

 13 total views,  1 views today

Mlakal – “L’Église, au-delà des conditions dans lesquelles elle opère et des dangers qu’elle court, continue à être prophétique. Frappée durement au fil des ans ici au Sud-Soudan, elle ne cherche pas à se venger mais à rendre justice, pour la population avant tout, ce qui est une condition préalable à une paix stable. C’est le message communiqué à l’Agence Fides par Sœur Elena Balatti, missionnaire combonienne à Malakal, dans l’État du Nil supérieur, lance en ce moment extrêmement délicat pour le pays et après un nouvel épisode de violence contre les représentants de la foi chrétienne, qui a coûté la vie à Sœur Mary Daniel Abbud et Sœur Regina Roba, deux religieuses du Sacré-Cœur de Jésus – ainsi qu’à deux autres hommes voyageant dans le même bus et à un chauffeur de taxi renversé à la même occasion – en août dernier.
La religieuse a déclaré à Fides : “Le choc a été très dur, je connaissais bien Sœur Mary, la précédente supérieure de l’ordre fondé par les Instituts Comboniens, tuée alors qu’elle revenait de Nimule, à la frontière avec l’Ouganda, pour se rendre à Juba. Les sœurs venaient tous d’une fête très importante à Loa, qui avait suscité beaucoup de joie et d’espoir car elle marquait la réouverture de la paroisse après les années de guerre. Le président catholique Salva Kiir, l’évêque et de nombreuses autres personnes étaient présents. L’ambiance était excellente et il y avait un air de détente et un premier retour à la normale après tant d’années. Malheureusement, ce meurtre brutal avait une matrice liée à la terre de la paroisse qui avait été occupée pendant les années de la guerre dure. En frappant le minibus et en essayant de tuer les religieuses et les fidèles qui revenaient de cette célébration, l’intention était de donner un signal de type mafieux contre l’appel du président et de l’évêque qui avaient invité les gens à revenir dans la zone pour la faire revivre : une véritable intimidation pour ceux qui pensaient reprendre les terres expropriées. C’est un concept absurde, également parce qu’ il y a assez de terres pour tout le monde. Les assaillants voulaient mettre le feu au véhicule et par pure chance ils n’ont pas réussi, sinon le nombre de victimes aurait été beaucoup plus élevé”.
Trois ans exactement après la signature de l'”Accord revitalisé” mettant fin au conflit et initiant une nouvelle phase d’unité nationale, la situation au Sud-Soudan reste très incertaine et certains craignent un retour à l’âge des ténèbres après des années de progrès initiaux vers la paix.
“La mise en œuvre de certaines parties fondamentales de l’accord, qui avait la célébration d’élections et d’un gouvernement démocratique dans une société réconciliée pour objectif final, fait défaut,” note Sr Elena. L’un des principaux obstacles est l’incapacité à unifier les forces militaires sur le terrain, ce qui aurait dû conduire à une armée unifiée. Les différentes milices restent fidèles à leurs drapeaux, ce qui crée beaucoup de confusion et de tensions. Les médias affirment souvent que des préparatifs sont en cours pour la phase finale de cette unification, mais il n’y a aucun signe de résultats concrets.
En outre, en juillet dernier, selon le missionnaire combonien, quelque chose de grave s’est produit en ce qui concerne le processus de paix : “Après des mois de fortes tensions, il y a eu une scission au sein du parti du vice-président Riek Machar . Cette énième division au sein du parti qui a été le principal signataire, à part le gouvernement, de l’accord de revitalisation, n’aide certainement pas le processus vers la stabilité et déclenche de nouveaux problèmes : non loin de Malakal, où je vis, il y a eu des affrontements entre les deux factions, avec quelques victimes. Des négociations sont en cours pour réduire ce fossé, mais les choses progressent lentement. Il faut dire aussi que les négociations à Rome pour impliquer dans le processus de paix également les syndicats qui n’ont pas encore signé l’accord, sont au point mort depuis un certain temps déjà”.
Des années de conflits féroces, d’instabilité politique et d’exodes massifs ont conduit le pays, riche en matières premières et en ressources, au bord de la ruine économique. L’urgence de la paix est également dictée par la nécessité de changer de cap : “La crise économique, note Sœur Balatti, persiste et maintient la majorité de la population d’un pays très riche dans une situation de pauvreté et de misère injuste ; la gestion des ressources est déficiente et les grandes richesses que la nature offre, les minéraux, le pétrole, l’agriculture, le Nil, restent loin du peuple. Nous pouvons dire que la Covid ne nous a pas particulièrement touchés ici, mais l’économie était mauvaise avant et l’est toujours.
La missionnaire conclut sur une note d’espoir : “L’éducation et le droit à l’éducation, également grâce à l’Église, se répandent et commencent à être considérés comme une bonne chose et les gens ne veulent pas s’en priver. La population, grâce à une profonde capacité d’adaptation à des situations peu encourageantes, parvient à trouver des moyens d’aller de l’avant et de célébrer la vie même dans les moments choquants. Il y a aussi beaucoup d’espoir dans la nouvelle génération de politiciens, pour que la politique devienne le domaine des civils et non plus des militaires.