AFRIQUE/SOUDAN – La population rejette le retour au régime militaire

 35 total views,  1 views today

Khartoum – ” Les tons sont de plus en plus exaspérés. Les militaires, après l’effondrement de l’hypothèse d’un gouvernement d’unité nationale – après l’échec des pourparlers avec le premier ministre déchu Abdallah Hamdock et les civils – continuent de chercher quelqu’un disposé à former un gouvernement avec eux. Les responsables tournent maintenant leur attention vers les islamistes qui attendent de revenir au pouvoir, tandis que plusieurs interlocuteurs contactés ont décliné toutes les invitations, car personne ne semble vouloir être le capitaine d’un navire en perdition”. C’est ce que rapporte une source de Fides au Soudan, requérant l’anonymat pour des raisons de sécurité, presque un mois après le coup d’État qui, le 25 octobre, a interrompu l’expérience du gouvernement de transition, composé à 50% de représentants de la société civile.
La source de Fides de l’Église locale raconte les événements tragiques du 17 novembre, marqués par une vague massive de manifestations populaires : “La réponse de l’armée a été extrêmement dure : selon les estimations les plus fiables, il y a eu 15 morts parmi les manifestants dans les 3 différents quartiers de Khartoum où se déroulaient les protestations. C’est un numéro lourd qui préfigure des temps sombres. Pour l’occasion, en plus de tous les ponts et routes, toutes les lignes téléphoniques et internet ont été interrompues pendant au moins 12 heures”.
La population soudanaise continue de manifester son dégoût pour un retour au régime militaire et descend dans la rue pour soutenir le Premier ministre Abdalla Hamdok, toujours assigné à résidence depuis le coup d’État. Ils appellent à un retour à l’expérience du gouvernement de transition qui, à la fin du soi-disant “printemps soudanais”, début 2019, a conduit à la formation d’un exécutif composé pour moitié de civils. La répression menée par les forces de l’ordre, qui a également entraîné la mort d’une dizaine de personnes samedi 13 novembre, n’a pas semblé arrêter la foule.
Les journalistes sont également touchés. Le 14 novembre, les forces armées ont expulsé par la force la maison d’El Musalmi El Kabbashi, directeur de la chaîne de télévision Al Jazeera à Khartoum. A ce jour, comme le rapporte la même chaîne de télévision, aucune raison n’a été donnée pour cette intervention violente. “Al Jazeera condamne l’action irresponsable de l’armée dans les termes les plus forts, et appelle les autorités à libérer El Kabbashi dès que possible et à permettre aux journalistes d’exercer leurs fonctions sans entrave, libres de pratiquer leur profession sans crainte ni intimidation.
“Avant la révolution, conclut la source de Fides, nous avons vécu 30 ans dans une dictature sous une loi islamique dure, avec un programme scolaire qui fomentait l’extrémisme dans la société et enseignait la haine ; nous espérons vraiment ne pas revenir au passé”.