AFRIQUE/SOUDAN – Les Évêques : la nation retourne au passé ; les Frères musulmans sont derrière les forces armées

 19 total views,  1 views today

El Obeid – ” Nous sommes en train de revenir à l’ère militaire au Soudan, à la guerre plutôt qu’à la paix “. C’est ce que Mgr Yunan Tombe Trille, Évêque d’El Obeid, au Soudan, et Président de la Conférence épiscopale du Soudan et du Sud-Soudan, a déclaré à l’Agence Fides, au lendemain du coup d’État qui a fait reculer l’horloge du pays de deux ans et demi, lorsque le dictateur Omar el-Béchir était encore au pouvoir, après plus de trois décennies. “Je crois que les Frères musulmans sont derrière les forces armées ; pendant des jours, avant le coup d’État, on pouvait les voir dans le palais de la République. Leur demande à la société civile et au gouvernement était très claire : écartez-vous et remettez tout aux militaires. Entre-temps, l’état d’urgence a été déclaré et le Conseil suprême, le gouvernement, les bureaux institutionnels, ont été dissous”.
Le Soudan, quatre jours après le coup d’État, reste dans une situation de suspension générale. Le chef de l’armée, Abdel Fattah al Burhan, a déclaré que “l’expérience du gouvernement de transition pour défendre la révolution est terminée”. Le discours a divisé l’opinion publique, suscitant davantage d’opposition d’un côté et d’attentisme de l’autre. Les tons étaient modérés et, comme l’a défini une source de Fides requérant l’anonymat, ” même persuasifs “. Hamdok, le chef du gouvernement qui jouissait d’un grand prestige, après avoir invité la population à “descendre dans la rue et à reprendre la démocratie qui nous a été volée”, s’est retiré pendant des jours dans un silence total. Selon certains, il pourrait être empêché de s’exprimer et pourrait être menacé et forcé d’accepter le nouveau cours.
“Je crois que les militaires s’empareront de tous les pouvoirs et tourneront le monde en dérision en organisant des élections qui seront une nouvelle farce et légitimeront un pouvoir illégitime, comme cela s’est produit avec les gouvernements du passé”. Les gens vont très probablement continuer à descendre dans la rue, mais avec cette situation, je prédis qu’il y aura beaucoup de souffrance”.
Le 26 octobre, le chef de l’armée Burhan, dans une longue conférence publique, a justifié le coup d’État en faisant porter la responsabilité principale aux Forces de la liberté et du changement . Ces Forces, selon lui, ont trop longtemps attaqué l’armée et rendu la transition impossible. Burhan a appelé au calme et a qualifié le chef du gouvernement déchu Hamdok de “frère”, évitant d’aborder la question de la violence qui ensanglante le Soudan, alors que des rumeurs font état de “massacres”. ” La plateforme civile – informe la source de Fides – annonce des manifestations massives pour samedi prochain. Les tensions et l’incertitude sont à un niveau très élevé.