AFRIQUE/TOGO – “Aucune fermeture d’église ne peut arrêter la foi du peuple de Dieu” : les communautés de base de Kolawarè concluent le mois du Rosaire

 7 total views,  1 views today

Kolowarè – ” Nous avions tous besoin d’être ensemble, de nous sentir Église, vivants, au-delà des confinements et des fermetures de nos églises. Et donc, le 31 octobre, nous nous sommes tous réunis à l’église, les cinq communautés de base, avec le reste de la communauté, pour conclure, ensemble, dans une apothéose finale, le mois du Rosaire ” écrit à l’Agence Fides le Père Silvano Galli, prêtre de la Société des Missions Africaines de Kolowarè.
“Nous avions tous besoin de cette fête communautaire, de cette explosion de vie, de célébrer tous ensemble, de ces moments pour dire, pour crier notre foi. Aucune fermeture d’église ne peut arrêter la foi du peuple de Dieu”, déclare le missionnaire avec conviction. Le lendemain, pour la fête des saints, poursuit le père Galli, nous sommes allés prier dans nos deux cimetières. La cérémonie en l’honneur et en souvenir de nos défunts commence à l’église, à la fin de la messe. Habituellement, toute la communauté visite et prie dans les deux cimetières. Cette année, le curé de la paroisse a proposé d’accompagner un groupe au vieux cimetière situé derrière notre mission, et un second groupe au nouveau, où la plupart des défunts sont enterrés. Avec le curé, j’ai accompagné les fidèles au premier cimetière. Après avoir prié pour les morts, les fidèles allumaient une bougie qu’ils plaçaient à côté des tombes, et le prêtre continuait à bénir les tombes dispersées parmi les arbres. Pendant que nous priions dans ce cimetière, une autre partie des fidèles s’est rassemblée dans le nouveau cimetière dispersé au milieu des bois, où sont enterrés la plupart de nos morts.”
“L’animation de cet événement était si originale que je pense que tous les esprits de la forêt voisine regardaient avec étonnement l’église pour essayer de comprendre ce qui se passait. Et nos ancêtres haletaient dans leurs tombes avec un sourire”, a conclu le missionnaire.