AMERIQUE/ARGENTINE – “Renouvelons notre ardeur missionnaire et évangélisatrice” : les martyrs de Zenta seront béatifiés

 10 total views,  1 views today

San Salvador de Jujuy – “Avec le même amour avec lequel le Père Pedro s’est lancé dans l’évangélisation, faisant découvrir la richesse de l’amour de Dieu pour chaque homme, nous renouvelons notre ardeur missionnaire et évangélisatrice comme la meilleure réponse à ce don que nous avons reçu. C’est ce qu’a écrit l’évêque de Jujuy, Monseigneur Daniel Fernandez, dans un message adressé aux fidèles de son diocèse suite à la nouvelle de la reconnaissance du martyre, et donc de la prochaine béatification, du père Pedro Ortiz de Zarate et de ses compagnons martyrs, connus sous le nom de “martyrs de Zenta”.
Le 13 octobre, en effet, le Saint-Père François a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à promulguer le décret sur le martyre des Serviteurs de Dieu Pietro Ortiz de Zárate, prêtre diocésain, et Giovanni Antonio Solinas, prêtre profès de la Compagnie de Jésus, tués en haine de la foi le 27 octobre 1683 à Valle del Zenta .
Pour nous, c’est une très grande bénédiction du Seigneur”, écrit Mgr Fernandez, “qu’un habitant de Jujuy, qui a été curé de notre cathédrale, et avant cela, dans sa vie civile, a été élu trois fois maire de San Salvador, soit élevé aux autels. Ses restes ont été enterrés sous le site qui occupe aujourd’hui la cathédrale de Jujuy, dans un lieu que nous ne pouvons malheureusement pas identifier. Nous savons seulement par les chroniques que ses restes mortels ont été déplacés avec beaucoup de dévotion et de révérence sur ce site pour lui donner une sépulture chrétienne.
Le diocèse de San Ramón de la Nueva Orán a entamé et poursuivi la cause de béatification, note l’Évêque de Jujuy, qui souligne : ” le don de ce bienheureux, modèle d’époux, de père, d’homme public, de prêtre et de missionnaire, est un grand élan pour notre Église pèlerine de Jujuy. Nous devons nous sentir encouragés et engagés à honorer le Père Pedro en vivant le témoignage héroïque de la foi, de l’espoir et de la charité”.
Monseigneur Luis Antonio Scozzina, Évêque de San Ramón de la Nueva Orán, communiquant la nouvelle à ses fidèles, écrit : “Dans le cadre du 60e anniversaire de la création du diocèse et après un long processus d’étude, cette nouvelle est un signe de l’amour providentiel de Dieu dans la vocation missionnaire de cette Église de Nueva Orán. La reconnaissance de la sainteté de cette communauté missionnaire, formée par ces pasteurs et un groupe de laïcs, comprenant des Espagnols, des Créoles, des mulâtres et des membres des communautés indigènes de Humahuaca et Jujuy, est un motif de joie et de consolation pour les fidèles”.
Pedro Ortiz de Zarate est né le 29 juin 1626 à San Salvador de Jujuy , dans une famille d’origine basque. À l’âge de 17 ans, il s’est marié et a eu deux enfants. Veuf, il suit une vocation à la prêtrise et est ordonné en 1657. Sa vie a été marquée par une intense activité apostolique parmi les indigènes, un engagement dans la prière et le culte divin, la musique sacrée et l’administration des sacrements aux pauvres et aux malades.
Giovanni Antonio Solinas est né à Oliena, dans la province de Nuoro en 1943. En 1663, il entre dans la Compagnie de Jésus. Dans les premiers mois de 1672, il montre à ses supérieurs sa vocation missionnaire, orientée vers les aborigènes d’Amérique. Son premier champ d’apostolat fut la Reducciòn d’Itapùa , où il se distingua par son zèle apostolique et sa charité envers les indigènes. En 1683, il est envoyé dans la mission du Chaco, avec le serviteur de Dieu Peter Ortiz de Zarate, avec qui il partage la mort de son père.
Le 27 octobre 1683 à Valle del Zenta , ils étaient dans la région avec 18 laïcs, dont quelques Indiens convertis, et après avoir célébré la messe, ils ont été attaqués par des aborigènes des tribus Tobas et Mocovíes. À cette époque, il y avait des conflits et des luttes entre les tribus indigènes. Des signes de violence et de torture ont été trouvés sur leurs corps.