AMÉRIQUE/BOLIVIE – Donner sa vie pour ne pas abandonner les personnes âgées : le témoignage missionnaire des religieux morts à Covid

 20 total views,  1 views today

Oruro – Trois religieux de la Congrégation des Hermanitas de los Ancianos Desamparados , sont décédés en Bolivie fin septembre à cause du Covid-19. Elles avaient contracté le virus dans l’exercice de leur travail missionnaire, en s’occupant des personnes âgées de la Maison ” La Sagrada Familia ” .
” Les trois Petites Sœurs d’Oruro, Mère Maria Hilda Ateaga Flores , Sœur Asuncion Bravo Rivas et Sœur Carmen Agip Sanchez , ont toutes les trois été infectées pendant leur service de soins aux personnes âgées, donnant leur vie pour elles “, explique à l’Agence Fides la Secrétaire Générale de HAD, Sœur Carmen Atán, ” parce que leur préoccupation constante était qu’on prenne soin d’elles, en particulier de la Mère Supérieure “. Bien qu’on lui ait dit qu’elle devait être hospitalisée pour un traitement médical, elle a donné la priorité aux personnes âgées. Quand elle était à son maximum, elle est allée aux urgences, avec une charge virale élevée, et ils n’ont rien pu faire.”
Au cours des deux dernières années, la Congrégation a perdu quatre autres religieuses à cause de Covid-19 contracté au service des personnes âgées, en plus des trois à Oruro, dans différentes communautés, qui ont offert leur vie pour ne pas abandonner la mission d’être proche de ceux que la société considère comme des “déchets”, selon le terme souvent utilisé par le Pape François. D’autres religieuses de la Congrégation, âgées ou malades, sont également mortes pour Covid au cours des deux dernières années.
Sœur Tomasa Flores Machado qui habitait au Callao , avait l’habitude d’aller chercher de l’aide pour soutenir les personnes âgées, car elle n’avait pas d’autres ressources. On dit qu’elle avait un don spécial pour cette tâche, qu’elle le faisait parmi les riches et les pauvres, et que personne ne pouvait lui résister. Sœur Nubia Largo Chaparro , qui vivait à Penipe , avait une santé fragile, mais une grande force et un grand courage. Elle s’est distinguée en sachant accepter à tout moment, de la main de la Providence de Dieu, tous les événements de sa vie, comme ce dernier, de voir sa vie terrestre s’achever à un âge encore jeune, en le donnant en pleine conscience.
Sœur Elsa Bazan Medina , vivant à Gonzalez Catan , s’est toujours consacrée au soin des personnes âgées avec beaucoup d’attention, de sacrifice et d’amour. Sœur Maria Carmen Prada Jaimes , vivant à Naguanagua-Valencia , avait une sensibilité particulière envers les personnes âgées, et donnait tout en faveur de ceux que Dieu lui confiait. Son supérieur rapporte qu’elle avait l’habitude de se lever la nuit pour aller voir les plus malades, et qu’elle s’est occupée d’eux jusqu’au dernier jour où elle est morte.
Sœur Carmen explique à Fides “Notre mission pendant la pandémie de Covid-19 a continué à se développer avec beaucoup de générosité, de dévouement et de sacrifice, et dans de nombreux cas avec héroïsme, en nous consacrant toujours aux urgences et aux premières urgences avec une grande diligence, et cela a sauvé de nombreuses vies”.
“Les Petites Sœurs n’ont jamais perdu de vue les personnes âgées, infectées ou non, en leur offrant de la compagnie, des encouragements, une assistance religieuse”, poursuit-il. “Elles n’ont jamais cessé de les visiter et d’être présentes dans les zones Covid bien protégées, et dans toutes les maisons, pratiquement, soutenues par les services de santé, avec du personnel de santé .
Sœur Carmen Atán remercie vivement le personnel soignant “ainsi que notre bon Dieu et la Sainte Vierge, qui ont été notre force. Nous avons ressenti cela surtout lorsqu’il n’y avait pas de soins de santé et que le personnel contractuel était en congé. Dans ces cas, qui étaient très rares, l’effort a dû être doublé”.