AMÉRIQUE/BOLIVIE – Monseigneur Centellas : “il est important d’œuvrer pour des lois qui donnent la priorité au travail tout en recherchant le bien-être des plus démunis”

 19 total views,  1 views today

Sucre – La ministre de la Présidence du gouvernement bolivien, María Nela Prada, a annoncé que le gouvernement a décidé de retirer le projet de loi contre la légitimation des profits illicites, afin d’éviter des affrontements entre Boliviens et la déstabilisation du pays par certains groupes, sur la base de campagnes de désinformation.
Le président de la Conférence épiscopale bolivienne, Mgr Ricardo Centellas, Archevêque de Sucre, a salué la décision du gouvernement et a demandé dans le même temps d’accroître les efforts sur la voie de la paix entre les Boliviens et de la résolution des problèmes les plus urgents. ” Toute loi qui n’est pas consensuelle tend à générer un rejet et à provoquer un malaise au sein de la population – a déclaré l’Archevêque dans la note envoyée à Fides -. Pour cette raison, il est important de travailler sur des lois qui donnent la priorité au travail, en recherchant le bien-être des plus nécessiteux “. Si vous donnez la priorité aux lois de persécution ou qui consolident les dommages à d’autres secteurs, vous aurez ce type de conflit qui ne fait qu’accroître la polarisation du pays. Nous devons maintenant travailler à l’unification des secteurs et œuvrer pour la paix dans un pays où la moindre situation peut déclencher une spirale de conflits et de violence. C’est là que nous ne voulons pas aller”.
En ouvrant la phase diocésaine du processus synodal hier, dimanche 17 octobre, Mgr Ricardo Centellas a souligné l’importance de marcher ensemble, comme le Pape nous le demande, pour réfléchir et partager la manière dont nous vivons en communion au sein de notre Église et en dehors. “Le travail qui nous est demandé est de partager notre expérience de communion, de marcher comme une Église, de vivre comme le Seigneur nous l’a commandé, l’expérience de vivre la mission que chacun a dans son groupe”, a-t-il déclaré dans son homélie.
Il a ensuite exhorté à la participation : “Personne ne peut rester silencieux, car c’est un moment privilégié pour chacun de nous de se laisser porter par l’Esprit Saint et, éclairés par l’Esprit Saint, de partager ce que nous vivons en tant que chrétiens, avec le charisme que nous avons. Mais regardons aussi les défis les plus urgents que l’Église doit relever en ce moment. Nous vivons une pandémie qui a ébranlé de nombreux critères personnels et mondiaux, et en tant qu’Église, nous devons répondre à ce dont les gens ont besoin aujourd’hui, nos peuples, sans oublier ce que Jésus nous dit, d’approcher les plus nécessiteux, les pauvres”.