AMÉRIQUE/BRÉSIL – “Défendre les vies menacées, les droits non respectés et soutenir le rétablissement de la justice” : les demandes des Évêques

 83 total views,  1 views today

Brasilia – Le Brésil compte plus de 537.498 victimes du Covid et 19.209.021 cas, selon le bilan du consortium de presse et les données du Département de la Santé, avec une moyenne de 1.270 décès par jour. La population brésilienne totalement immunisée contre le Covid, c’est-à-dire ayant reçu la seconde dose ou la dose unique selon le type de vaccin contre la maladie, dépasse à peine 15%. Il y en a 29 210 770 qui ont pris la deuxième dose et 2 907 947 qui ont pris la dose unique, pour un total de 32 118 717 personnes vaccinées .
Un an après les élections générales au Brésil, le président sortant, Jair Bolsonaro, vit ses pires moments. Les protestations à son encontre se poursuivent alors que le ministère public continue de rassembler des preuves de paiements excessifs et de corruption dans l’acquisition de doses du vaccin indien, le Covaxin.
” Bolsonaro Out “, tel est le slogan qui a résonné dans 315 villes du Brésil lors de la troisième manifestation en cinq semaines, demandant la sortie du président.
Les agences de presse rapportent qu’une majorité de Brésiliens soutiennent les poursuites contre le président Jair Bolsonaro, pour la première fois selon un sondage Datafolha publié samedi 10 juillet. Selon le sondage, 54% des citoyens soutiennent une mesure proposée par la Chambre des députés du Congrès visant à ouvrir un processus de mise en accusation contre le président.
La popularité de Bolsonaro a donc été durement touchée et les résultats semblent montrer que de plus en plus de citoyens lui tournent le dos. Le dernier sondage indique un changement dans l’opinion publique, par rapport à un précédent sondage de mai dernier, qui montrait un écart important entre les partisans et les opposants à une destitution du chef de l’État.
La Conférence Nationale des Évêques du Brésil a publié vendredi 9 juillet une note, envoyée à Fides, sur la situation actuelle au Brésil. Le document réaffirme la nécessité de “défendre les vies menacées, les droits non respectés et de soutenir le rétablissement de la justice, en faisant respecter la vérité”. Selon la CNBB, la société démocratique brésilienne traverse l’une des périodes les plus difficiles de son histoire. “La perte tragique de plus d’un demi-million de vies est aggravée par des allégations de malversation et de corruption dans la lutte contre la pandémie de Covid-19”, peut-on lire dans la note des Évêques.
La CNBB, “soutient et invite les institutions de la République pour que, sous le regard de la société civile, sans exclusion, elles mettent en œuvre des procédures favorables à l’instruction, libre et impartiale, de toutes les plaintes, avec des conséquences pour qui que ce soit, en vue de la correction politique et sociale immédiate des déviations”.