AMÉRIQUE/BRÉSIL – “La violence engendre la violence”, la communauté catholique demande la fin des affrontements entre la police et les Roms

 55 total views,  1 views today

Vitória da Conquista – Le Bureau pour la Pastorale des Nomades de la Conférence Episcopale du Brésil, a publié une note sur la violence dans la région de Vitória da Conquista, dans l’Etat de Bahia, qui a entraîné la mort de deux policiers militaires et de quatre gitans.
Dans le document, signé par l’Évêque d’Eunápolis et président de Pastoral dos Nomads, Dom José Edson Santana de Oliveira, Pastoral dos Nomads du Brésil exprime ses condoléances et sa solidarité avec les victimes et leurs familles. Dans le même temps, elle a dénoncé le climat d’insécurité généré par ces événements, décrivant un “environnement d’insécurité et un sentiment d’injustice pour les familles des personnes touchées”.
“La paix doit prévaloir”, lit-on dans le texte, “la violence engendre la violence” et demande “à l’État que l’action de la police vise à identifier et à détenir les coupables, sans excès et sans victimiser les innocents”.
La situation est très tendue, et la presse locale rapporte que le manque d’informations précises rend difficile la clarification de l’affaire, car les médias locaux donnent généralement la priorité à la version de la police, qui est toutefois comparée aux témoignages de la communauté rom de la région.
Les personnes et les groupes locaux qui dénoncent les actions de la police auraient peur car leurs comptes de médias sociaux seraient surveillés, avec des captures d’écran de profil et des détails personnels partagés dans les groupes WhatsApp de la police militaire.