AMÉRIQUE/CHILI – La violence et la polarisation augmentent à l’approche des élections : les Évêques appellent au dialogue et à la responsabilité

 14 total views,  1 views today

Santiago – ” Préoccupés par le climat actuel de belligérance et de polarisation de la vie politique, en particulier de la campagne présidentielle, qui devrait au contraire être l’occasion de débattre d’idées, de projets et de programmes sur le présent et l’avenir de la nation, dans un exercice qui insuffle l’espoir, le sentiment d’appartenance et l’engagement pour le bien commun “, les Évêques chiliens ont publié un message, reçu par Fides, un mois avant les élections présidentielles, parlementaires et régionales du 21 novembre.
Le Comité permanent de la Conférence épiscopale chilienne, dans sa note intitulée “Vivre le processus électoral dans la paix et l’harmonie citoyenne”, note : “Malheureusement, les manifestations de violence se multiplient parmi nous. La polarisation et l’agressivité s’expriment à de nombreux niveaux de notre coexistence, même dans nos relations quotidiennes avec les autres. Les meurtres et autres actes criminels ont augmenté ces derniers temps. Le trafic de drogue et la criminalité occupent de vastes secteurs et espaces dans nos villes. Une protestation politique légitime devient souvent, par les actions de certains groupes, destructrice des biens et espaces publics et privés”.
Face à cette situation, les Évêques exhortent les Chiliens à “revoir sérieusement notre façon de vivre ensemble”, à “arrêter la violence”, à “apprendre à dialoguer en frères, tous habitants d’un même pays et d’une même maison”. Un autre motif de préoccupation provient du scénario économique, avec ses conséquences négatives qui touchent principalement les familles pauvres et vulnérables, auxquelles s’ajoute la pandémie qui a généré des problèmes qui dureront longtemps. “Il est contradictoire, poursuivent-ils, que tout en recherchant et en aspirant à des niveaux plus élevés de bien-être et de justice, nous ne construisions pas des scénarios plus stables par le biais de l’action politique, ce qui nous permettrait réellement de faire face aux défis sociaux et économiques qui se posent à nous”. Nous devons parier encore plus pour le bien du pays, au-delà des calculs électoraux”.
Les Évêques invitent donc tout le monde “à agir de manière responsable”, soulignant que “pour celui qui viendra gouverner le pays dans la prochaine période, la tâche sera difficile et complexe, en raison du contexte économique et politique que nous connaissons, sans oublier la présence de la crise sanitaire”. Il convient donc de faire attention aux mots utilisés et aux initiatives prises, “afin de ne pas générer la polarisation qui rend notre présent plus opaque”. Enfin, ils exhortent les croyants à “prier pour notre patrie, pour ses gouvernants et ses dirigeants, pour ses institutions et pour les processus politiques et sociaux en cours, pour chacun de ses habitants”, confiant à la Vierge du Mont Carmel “ce temps de défis pour notre patrie”.