AMÉRIQUE/CHILI – Les Évêques : la participation au parcours synodal et au processus électoral favorise le bien commun, l’égalité et la paix

 27 total views,  1 views today

Lo Canas – ” Que la paix soit avec vous “. est le titre du message que les Évêques chiliens ont publié à la fin de l’Assemblée plénière de la Conférence épiscopale, qui s’est terminée le 12 novembre. Tout d’abord, les Évêques ont accueilli avec enthousiasme l’invitation du Pape François à participer au Synode des Évêques sur la synodalité : ” nous devons continuer à approfondir notre condition de Peuple de Dieu qui, oint de l’Esprit, est appelé à assumer la responsabilité de la mission évangélisatrice “. Ils ont ensuite rappelé l’engagement de l’Église locale dans la troisième assemblée ecclésiale nationale, à laquelle s’est ajoutée l’assemblée ecclésiale d’Amérique latine et des Caraïbes, autant d’événements qui voient la large participation des laïcs. Ils reconnaissent ces processus “comme une occasion d’être une Église de plus en plus synodale, prophétique et pleine d’espoir, avec Jésus-Christ en son centre”.
En vue des élections présidentielles, parlementaires et régionales du 21 novembre , ils disent : ” en tant que pasteurs, nous espérons que tous ceux qui peuvent voter participeront activement. C’est un excellent moyen de veiller à la démocratie et de faire respecter l’État de droit, en réaffirmant que le Chili est un pays de frères. C’est un excellent moyen de promouvoir le bien commun et la paix sociale. Pour les chrétiens, il est nécessaire de garder à l’esprit que dans les décisions qui nous attendent, sont en jeu des valeurs essentielles pour une nation fondée sur les enseignements de l’Évangile, que nous sommes toujours appelés à chérir et à promouvoir”.
Les Évêques lancent ensuite un humble appel au Peuple de Dieu et à tout le peuple chilien, “pour promouvoir des espaces de fraternité, de dialogue sincère et d’esprit constructif”, car “il est urgent de surmonter toutes ces attitudes, paroles et actes qui génèrent la discorde, des tensions inutiles et la haine entre nous”. Ils réitèrent donc : “Il est urgent de s’engager de manière déterminée et claire contre la violence en tant que forme d’action politique”. Ils invitent ensuite les catholiques et tous les hommes de bonne volonté à “œuvrer pour la paix et à surmonter toutes les causes d’inégalité”, car “les raisons de la violence sont souvent liées à la marginalisation sociale, au manque de perspectives d’avenir, à une profonde inégalité dans la distribution des biens destinés à tous et à des revendications historiques qui n’ont pas été suffisamment satisfaites”.
Les Évêques ont exprimé leur “grande préoccupation” face à la situation que vivent les migrants aux frontières, qui exige de la société des réponses urgentes qui respectent leur dignité. Le message poursuit en disant que “la crise migratoire nous interpelle profondément, tout comme les causes qui la provoquent, alors que nous rappelons l’accueil que le Chili a toujours réservé aux étrangers”, ajoutant : “nous avons vu, avec douleur, dans une partie de la population des signes de xénophobie et de discrimination injuste”. Ils ont ensuite appelé les autorités à “collaborer avec diligence pour apporter de l’aide à ces personnes et améliorer et rationaliser les processus de régularisation pour ceux qui se trouvent dans le pays”. La nouvelle loi sur l’immigration ne peut faire fi de l’histoire de notre pays en matière d’accueil”.
À la fin de leur message, les Évêques invitent tous les membres de l’Église à “être prêts et disposés à rechercher la volonté de Dieu dans nos vies, dans un climat de prière, qui est une source de grâce pour nous tous”, en demandant à la Vierge Marie de “nous accompagner et de nous protéger”.