AMÉRIQUE/CHILI – “Les inégalités existantes sont des plaies ouvertes qui saignent beaucoup et qu’il est urgent de guérir” : lettre ouverte de l’Archevêque Chomali

 917 total views,  1 views today

Concepción – “Votre responsabilité est grande, car la perception des citoyens de la valeur de l’autorité politique dans la société et le retour aux urnes lors des prochaines élections dépendent en grande partie de vous . Par vos gestes, vos paroles et vos actions, vous pouvez contribuer à ce que les citoyens qui ne sont pas allés voter vous reconnaissent comme leur autorité légitime et apprécient votre travail comme une excellente forme de service et de recherche du bien commun”. C’est ce qu’écrit Son Excellence Monseigneur Fernando Chomali, Archevêque de Concepción, dans sa “Lettre ouverte aux gouverneurs, aux maires et aux conseillers de la région Bio Bío”.
L’Archevêque félicite les candidats élus. Malgré la pandémie et la situation politique, économique et sociale complexe que connaît le Chili et le monde entier, la campagne électorale prend place malgré les difficultés.” L’Église de Concepcion, consciente de la valeur de la démocratie et de la politique, a prié sans cesse pour que le processus électoral soit un exemple de culture civique”, poursuit la lettre reçue par Fides . En outre, nous avons demandé aux citoyens de se rendre aux urnes, de valoriser la démocratie et de remercier tous ceux qui ont rendu possible le processus dont nous avons été les témoins “. Le peu d’intérêt manifesté pour se rendre aux urnes est sans doute un motif de profonde réflexion”.
Mgr Chomali exhorte ensuite à emprunter la seule voie possible, “celle de la transparence, de l’efficacité, de l’austérité, du sens de la communauté et d’un soutien fort aux plus vulnérables”, soulignant que “cette tâche est urgente, elle ne peut pas attendre”, car la “culture kleptocratique dont nous avons été témoins au Chili, a donné lieu à des abus de toutes sortes”, tels que la corruption, l’évasion fiscale, la collusion, le financement irrégulier de campagnes politiques…. “Il faudra des décennies pour inverser cette situation déplorable !”.
L’Archevêque exhorte ensuite les élus à être les restaurateurs d’une manière de gouverner qui a pour centre “le sens du travail bien fait, le discernement éthique dans chaque décision, le dialogue constant, la primauté de la personne et de sa dignité” ; les architectes d’une culture où prévaut “ce qui est juste, bon, beau et authentique”, avec une attention particulière pour les pauvres et les marginalisés. “Les inégalités existantes au Chili sont des plaies ouvertes qui saignent beaucoup et qu’il est urgent de guérir”, a-t-il souligné, rappelant le danger que le désenchantement et le désintérêt généralisés pour les affaires publiques, puissent avoir de graves répercussions sur l’avenir du pays, comme une dictature ou un gouvernement populiste.
L’Église de Concepcion s’engage à accompagner le processus de régénération de la bonne politique d’abord par la prière, puis en s’engageant chaque jour davantage à être des promoteurs de la justice, de la fraternité, de la solidarité et de la paix, selon l’Évangile et la Doctrine sociale de l’Église, en poursuivant également son immense travail pastoral, éducatif et social dans la région. Enfin, l’Archevêque assure la prière d’invoquer l’intercession de Dieu et de la Vierge Marie pour que les élus “fassent de leur mandat politique un grand service à la communauté, et transforment la situation douloureuse qui nous afflige, en fondements d’un foyer accueillant, fraternel et solidaire, où chacun a sa place à la table”.