AMERIQUE/CHILLI – La nouvelle Constitution reconnaît le droit à l’éducation et la liberté d’enseignement à tous les niveaux

 436 total views,  1 views today

Santiago – Suite au résultat du plébiscite du 25 octobre 2020 , célébré au point culminant d’une longue période de crise que le Chili traverse dans tous les domaines – politique, économique, social et religieux – depuis octobre 2019, le processus d’élaboration d’une nouvelle Constitution a été lancé. À cet égard, l’Espace Éducation de la Conférence épiscopale du Chili a présenté une réflexion sur les principes fondamentaux dans le domaine de l’éducation, qui devraient inspirer l’élaboration de la nouvelle Constitution. Le document a été approuvé par le Comité permanent de la CECh.
“L’éducation implique la participation de différents acteurs. Parmi ceux-ci, les familles occupent une place centrale et importante, car elles constituent la cellule vitale indispensable au développement de la personne au sein de la société. Elles constituent la base de l’éducation et de la prise en charge des enfants, des adolescents et des jeunes, en particulier dans les premières années de la vie “, peut-on lire dans le texte, envoyé à Fides. En outre, “l’intégration sociale et l’équité dans la société chilienne commencent là. Les familles sont, avec les différentes institutions éducatives, une composante essentielle de la formation de la personne humaine. C’est pourquoi nous voulons que la future Constitution accorde des garanties qui protègent et valorisent les familles, leur dignité et leur rôle éducatif”, indique le document, ajoutant le souhait d’une Constitution qui “consacre l’éducation comme un droit, en établissant des garanties d’accès, de choix, de permanence et de sortie ; dans un processus éducatif intégral de qualité et inclusif, dont l’objectif est le développement des personnes dans leur multidimensionnalité , dans le plein respect de la dignité, des droits de l’homme, des libertés fondamentales et des principes démocratiques”.
Le document propose ensuite les principes suivants, considérés comme fondamentaux pour la nouvelle Constitution : la protection des familles et de l’éducation ; la garantie du droit à l’éducation et de la liberté d’enseignement à tous les niveaux ; l’égalité en matière d’éducation ; l’éducation interculturelle et langues autochtones ; les communautés éducatives participatives ; l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur ; neutralité active de l’État et pluralisme culturel.
Le document, signé par le président de l’Espace Éducation de la CECh, Monseigneur Héctor Vargas, et le Conseil consultatif, conclut en affirmant que dans le défi de construire un pays plus juste et solidaire, dans lequel les enfants, les adolescents et les jeunes peuvent développer tout leur potentiel, “nous voulons que la centralité et la participation des étudiants soient reconnues dans les différents espaces éducatifs.”