AMERIQUE/COLOMBIE – Lignes communes d’engagement concernant les migrants, les conflits et les violences en Nueva Pamplona concordées par les Evêques de la Province ecclésiastique

Arauca – La Colombie connait des moments et des situations contrastantes. Alors qu’en Arauca, la communauté catholique montre une solidarité effective envers ses frères vénézuéliens, à l’autre bout du pays, dans le Cauca, les meurtres continuent à se perpétrer pour conserver le contrôle du territoire hérité des FARC. Les Evêques de la Province ecclésiastique de Nueva Pamplona se sont réunis le 21 juin dans la ville de Cúcuta, ainsi que l’indique une note envoyée à Fides par la Conférence épiscopale de Colombie , en vue de réaliser une analyse du contexte de la région, insistant notamment sur la situation migratoire, les conflits et violences existant sur zone, laquelle est limitrophe du Venezuela.
En ce sens, les actions conduites par l’Eglise et les défis que comportent ces problèmes ont été présentés. L’Archidiocèse de Pamplona et le Diocèse d’Arauca – tous deux limitrophes du Venezuela – ont fait référence en particulier à la conversation du site de Santurban, paradis naturel menacé par l’exploitation minière, et au phénomène des migrations. Le Diocèse d’Arauca a affronté quant à lui la situation de conflit et le problème migratoire.
Les Evêques de Cúcuta, de Tibú, et d’Ocaña, Leurs Excellences NN.SS : Víctor Manuel Ochoa Cadavid, Omar Alberto Sánchez Cubillos et Gabriel Ángel Villa Vahos, ont rendu public le travail de chaque juridiction ecclésiastique en matière de contribution à la réconciliation et à la paix.
José Luis Ramírez Ospina, Directeur de la Fondation Prospecta & Innova, qui a pour but le développement durable et faisait partie des organisateurs de la rencontre, a affirmé que tous savent combien l’Eglise a atténué les conséquences de la crise sur zone, sachant que maintenant, « nous pouvons comprendre où aller . Il existe des lignes communes permettant de parvenir à des accords et à des engagements importants pour la population du nord de Santander et d’Arauca ».
Parmi ces lignes communes établies au cours de la rencontre : l’Evangélisation – tous les Diocèses devant œuvrer sur cet aspect – la formation complète ; le renforcement de l’organisation ; la paix et la réconciliation ; la charité et l’inclusion sociale ; l’environnement, le développement rural et l’économie paysanne ; migrations et déplacements .
Dans le Cauca et plus précisément à Caloto, l’Organisation nationale indigène colombienne a dénoncé l’assassinat de Carlos Alberto Biscué, responsable social indigène Nasa du Centre indigène de Huellas et celui de Jhordan Pequi, responsable du centre López Adentro, tous deux tués à l’aube du 23 juin à Caloto.
Carlos Alberto Biscué, 30 ans, avait un fils et était impliqué dans la production agricole de la zone. Le 17 juin dernier, toujours à Caloto, avait été tué Ánderson Pérez, ancien guérillero des FARC. Sa mort, provoquée par trois balles dans la tête tirées par deux hommes armés, vient s’ajouter à la liste de 134 anciens guérilleros ayant été tués depuis la signature de l’accord de paix, selon le parti politique issu des FARC.

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale