AMÉRIQUE/EQUATEUR – “Cessez la violence” : prière et réflexion sur la valeur de la vie humaine dans toutes ses expressions

 172 total views,  1 views today

Quito – ” En tant que pasteurs de l’Église en Équateur, nous souhaitons lancer un appel aux hommes et aux femmes de bonne volonté pour qu’ils valorisent la vie humaine, qu’ils prennent conscience que l’être humain n’est pas un objet à utiliser et à jeter, quelque chose qui peut être utilisé et jeté. Si nous sommes conscients de la dignité de la nature humaine, nous serons certains que le cœur des individus et des institutions ne peut être corrompu. Cet appel s’étend également aux autorités, qui ont la responsabilité de rechercher la paix sociale comme base du bien-être économique”.
Dans un communiqué publié par le Conseil présidentiel de la Conférence épiscopale de l’Équateur, intitulé “Cessez la violence !”, les évêques ont fait entendre leur voix, “en tant que croyants dans le Dieu de la vie”, à la suite des événements tragiques qui se sont déroulés dans la prison El Litoral de Guayaquil, où, le 30 septembre, 116 détenus sont morts et 80 autres ont été blessés lors d’échanges de coups de feu entre des gangs rivaux à l’intérieur de la prison. C’est ce qu’a annoncé le Président de la République, Guillermo Lasso, qui s’est installé dans la ville portuaire après avoir déclaré un état d’urgence de deux mois pour l’ensemble du système pénitentiaire du pays.
Lors de l’Angélus du dimanche 3 octobre, le Pape François a également lancé un appel à la prière en ces termes : “Je suis très attristé par ce qui s’est passé ces derniers jours dans la prison de Guayaquil, en Équateur. Une terrible flambée de violence entre détenus appartenant à des gangs rivaux a fait plus de cent morts et de nombreux blessés. Je prie pour eux et pour leurs familles. Que Dieu nous aide à guérir les blessures de la criminalité qui asservit les plus pauvres. Et aider ceux qui travaillent chaque jour à rendre la vie en prison plus humaine”.
Dans leur communiqué, les Évêques soulignent que le nombre élevé de décès ne peut laisser la société indifférente : “Chaque existence détruite est un appel à notre conscience, pour réfléchir au type de monde que nous construisons, au type de société que nous voulons : celle de quelques uns affrontant les autres ou celle de l’unité dans la recherche du bien pour tous, ne laissant personne derrière sur le chemin”.
En particulier, s’adressant à ceux qui ont participé à ce massacre, les Évêques leur demandent de “mettre fin à la violence et au marché de la mort, et de transformer leurs armes en socs de charrue et leurs balles en graines de vie”. Après avoir exprimé leur proximité et leur solidarité avec les familles des victimes, “afin qu’elles puissent vivre ces moments de deuil avec foi et paix, et qu’elles puissent pardonner à ceux qui ont mis fin à la vie de leurs proches”, les évêques proposent à toute la communauté catholique, aux chrétiens et aux personnes de bonne volonté, “un engagement concret et urgent” : au cours du mois d’octobre, et en particulier le 2 novembre, jour où l’Église célèbre la mémoire de tous les morts, organiser des journées de prière et de réflexion sur la valeur de la vie humaine dans toutes ses expressions. “Chers frères – concluent-ils -, nous vous invitons à construire une culture de la paix, fondée sur la justice, l’amour, l’égalité et la solidarité”.