AMÉRIQUE/ÉTATS-UNIS – À l’occasion de la Semaine des migrations, le sort des réfugiés haïtiens est évoqué

 23 total views,  1 views today

Washington – Des scènes de colère et de désespoir ont éclaté à l’aéroport principal de Port-au-Prince à l’arrivée des migrants haïtiens qui, après avoir dépensé des milliers de dollars dans des voyages mouvementés de la nation caribéenne à travers l’Amérique du Sud, dans l’espoir d’une vie meilleure aux États-Unis, ont été renvoyés chez eux après avoir été détenus dans un camp sordide à la frontière du Texas, privés de tout.
Le président américain Joe Biden a fait face à une pression croissante pour mettre fin à la politique d’expulsion. Filippo Grandi, chef de l’agence des Nations unies pour les réfugiés, a déclaré que les expulsions américaines dans une situation aussi instable pourraient violer le droit international et constituer un acte de refoulement, ou exposer les personnes cherchant refuge à des situations potentiellement mortelles. Hier également, mardi 21 septembre, le chef de la majorité du Sénat américain, Chuck Schumer, a interpellé M. Biden, déclarant qu’il ” défie le bon sens ” d’expulser les migrants vers Haïti et critiquant les tactiques utilisées par les gardes-frontières pour contrôler les foules dans le camp.
Des scènes montrant des agents frontaliers américains à cheval intimidant violemment des migrants ont suscité un tollé et une indignation dans le monde entier. Le Secrétaire d’État américain à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, s’est dit horrifié par les images de mauvais traitements, se faisant l’écho des critiques croissantes.
La vice-présidente américaine Kamala Harris a déclaré que la situation était complexe et que les États-Unis devaient “faire beaucoup plus” pour répondre aux besoins fondamentaux des habitants d’Haïti, qui préféreraient certainement rester chez eux.
La population du camp a atteint un pic de 14 000 personnes au cours du week-end, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Craignant les déportations, une partie de la population qui avait campé dans le camp de fortune sous le pont traversant le Rio Grande de la ville texane de Del Rio à Ciudad Acuna, au Mexique, s’est déplacée vers un nouveau camp sur la rive mexicaine du fleuve.
Malheureusement, la tension monte également de l’autre côté de la frontière. Les autorités mexicaines ont mis en place des vols et des bus à destination des États du sud, après avoir commencé à recueillir les Haïtiens dans des camps de réfugiés à Ciudad Acuna, juste au-delà de la frontière avec Del Rio. Cette mesure semble viser à réduire la concentration autour des camps, qui est élevée. Dans le nouveau camp situé du côté mexicain, qui s’est considérablement agrandi, les migrants sont aidés par diverses organisations, dont la Croix-Rouge et Médecins Sans Frontières, ainsi que par l’Agence des Nations unies pour les migrants, mais aussi par des habitants de Ciudad Acuna, qui ont apporté de la nourriture pour les réfugiés.
Tout cela se passe pendant la Semaine nationale de la migration 2021, convoquée par la Conférence des Évêques catholiques des États-Unis . L’initiative, qui prépare la Journée mondiale du migrant et du réfugié du 26 septembre, a pour thème “Vers un ‘Nous’ toujours plus large”, tiré de l’encyclique Fratelli Tutti du Pape François. La note envoyée à Fides par les Évêques américains met en lumière le message de la journée, qui nous appelle à faire en sorte que nous “ne pensions plus en termes de “eux” et “ceux-là”, mais seulement en “nous””. et ce “nous” universel doit devenir une réalité avant tout au sein de l’Église, appelée à cultiver la communion dans la diversité.
La semaine annuelle de la migration nationale vise à souligner l’importance de la question de la migration pour l’Église catholique aux États-Unis. “L’histoire de la migration est une histoire de compassion, d’accueil et d’unité”, a déclaré Mgr Mario E. Dorsonville, Évêque auxiliaire de Washington et président de la Commission épiscopale sur la migration.
“Il s’agit d’ouvrir nos cœurs aux autres et, en cette période critique, nous ne devons pas regarder loin pour voir son application pratique ou trouver ceux qui ont besoin de migrer. Le Saint-Père nous appelle à embrasser et à exprimer la catholicité de l’Église, son universalité, “selon la volonté et la grâce du Seigneur qui a promis d’être avec nous pour toujours, jusqu’à la fin des temps”. Les catholiques des Etats-Unis doivent être unis pour répondre à son appel et y être particulièrement attentifs durant cette semaine”.