AMÉRIQUE/ÉTATS-UNIS – Les Évêques sur les propositions d’immigration : “Nous ne pouvons pas continuer à marginaliser ces membres de notre société”

 13 total views,  1 views today

Washington – La Commission sur les migrations de la Conférence des Évêques catholiques des États-Unis s’est déclarée satisfaite de la proposition d’inclure dans le prochain projet de loi des règles pour la légalisation de la citoyenneté pour des millions de Dreamers, les détenteurs du statut de protection temporaire , ceux qui bénéficient du départ forcé différé , les travailleurs agricoles et autres travailleurs qui effectuent des services essentiels, tous sans papiers. Le TPS est un programme d’immigration créé en 1990 par lequel les États-Unis accordent des permis exceptionnels aux immigrants provenant de pays touchés par la guerre, des catastrophes naturelles, des épidémies ou d’autres situations qui empêchent leur retour en toute sécurité dans leur pays d’origine.
La note envoyée à Fides par l’USCCB précise que la Chambre des représentants et le Sénat américains devront incorporer ces dispositions dans le projet de loi de réconciliation budgétaire, mais que les deux chambres devront adopter le projet de loi avant que ces dispositions puissent effectivement devenir loi.
À cette fin, cinq présidents de comités de l’USCCB ont écrit une lettre la semaine dernière soulignant le large éventail de priorités de l’USCCB pour le projet de loi de réconciliation globale. En début de semaine également, l’Archevêque Mario E. Dorsonville, Évêque auxiliaire de Washington et Président de la commission épiscopale sur les migrations, a salué ces dispositions de la commission judiciaire.
L’Évêque de Dorsonville a également publié la déclaration suivante : “Nous sommes heureux que le Comité judiciaire de la Chambre ait pris cette mesure importante, créant une opportunité pour de nombreuses personnes sans papiers d’avoir un statut légal et une voie vers la citoyenneté. Il ne fait aucun doute que l’enseignement social catholique sera impliqué dans de nombreux aspects de ce projet de loi de réconciliation budgétaire, mais c’est une étape bienvenue pour de nombreuses familles et pour le bien commun.”
Depuis des décennies, les Évêques des États-Unis plaident pour de telles réformes, qui favorisent l’intégration et l’unité de la famille”, a-t-il poursuivi, “Nous ne pouvons pas insister pour reléguer ces membres de notre société à la marge, surtout lorsque nous dépendons simultanément de tant d’entre eux pour notre bien-être collectif.
“Alors que nous continuons à œuvrer en faveur d’une réforme plus complète de notre système d’immigration qui reconnaît et respecte la dignité donnée par Dieu à chaque personne, nous saluons cette étape cruciale. Nous demandons à la Chambre et au Sénat d’inclure ces dispositions dans le projet de loi de réconciliation final et au Congrès d’adopter un projet de loi qui aide tous ceux qui sont en marge de notre société, qui renforce les familles, qui protège la liberté religieuse, qui promeut la protection de la création et qui respecte les droits et la dignité de chaque vie humaine, de la conception à la mort naturelle”, conclut la déclaration.
Il y a deux jours, le Président Joe Biden a souligné, dans son message pour le mois du patrimoine hispanique, qui est célébré du 15 septembre au 15 octobre, les contributions vitales des Latinos dans divers secteurs de la société aux États-Unis et la nécessité d’une réforme de l’immigration. “Nous devons poursuivre la lutte pour protéger le droit sacré de voter et offrir une voie vers la citoyenneté aux Hispaniques sans papiers, en particulier les ‘Dreamers’, les détenteurs de TPS, les ouvriers agricoles et les travailleurs essentiels, par le biais d’une réforme de l’immigration désespérément nécessaire”, a-t-il déclaré dans un message publié par la Maison Blanche.