AMÉRIQUE/HAITI – Un missionnaire à Fides : “Le peuple haïtien doit retrouver sa dignité de peuple”.

 21 total views,  3 views today

Madrid – Le Père Miguel de Haro, missionnaire rédemptoriste espagnol à la tête d’une petite ONG qui gère plusieurs projets en Haïti, attend de pouvoir retourner sur l’île des Caraïbes où il vit, suite aux événements liés à l’assassinat du Président Moïse. Il s’est attelé à la construction d’un petit centre social “a Les Anglais, dans le sud du pays, et collecte les matériaux nécessaires pour les emmener en Haïti. Dans une interview accordée à Fides, le père Miguel décrit la situation dans ce pays des Caraïbes, qu’il connaît depuis un certain temps.
“Selon les informations que j’ai reçues d’Haïti , les gens vivent dans la peur car les meurtres ont continué sur l’île, même dans la capitale, Port au Prince. Les gangs armés agissent pour créer et provoquer la peur, et ils y parviennent. Face à ce scénario, les organisations internationales, telles que l’ONU, l’OEA et l’UE, font pression pour obtenir un consensus, un accord politique entre les parties et les institutions. Plus précisément entre Claude Joseph et le nouveau candidat à la présidence, Ariel Henry. Selon les dernières nouvelles, ce dernier a reçu la reconnaissance de Joseph pour diriger le pays, ce qui contribue également à créer un climat plus serein pour les funérailles du président Moïse le 23 juillet. C’est un pas important vers la reconstruction du pays, mais ce n’est certainement pas la solution”.
Pour le missionnaire, la solution ne peut être des élections gérées par les groupes politiques habituels comme dans le passé parce qu’ils manquent aujourd’hui de crédibilité. Il ne suffit pas d’organiser des élections pour le plaisir de les organiser”, dit-il, “toute la population doit disposer d’un document valide pour que des élections claires et équitables puissent être organisées. Il n’est même pas nécessaire de demander l’intervention d’organismes internationaux pour contrôler le déroulement du vote. Nous devons faire confiance au peuple, pour que chaque Haïtien puisse avoir un document et puisse réellement participer au vote.
En second lieu, le père Miguel estime qu’il est nécessaire de vérifier que les candidats n’ont pas de contacts avec le trafic de drogue ou tout type de corruption. “Ici, je pense que l’Église pourrait participer directement, en recommandant des candidats jeunes et non corrompus, pour réussir à opérer un changement de génération chez les dirigeants de la politique haïtienne. Nous devons proposer des candidats ayant un sens éthique, des qualités humaines, qui sont formés pour proposer la transformation nécessaire du pays. Ce n’est que de cette manière que les gens pourront reprendre confiance et se rendre aux urnes, et que les élections seront réellement représentatives”.
Concernant la situation actuelle, le missionnaire répète que “c’est très difficile, il n’y a pas de stabilité économique et pas de sécurité. Nous devons changer l’idée que la seule issue est la violence, mais plutôt proposer le dialogue, le respect et la solidarité. Le peuple haïtien doit retrouver sa dignité de peuple. Une proposition qui, selon moi, pourrait donner confiance à la population et ferait partie de la solution, est de contrôler l’argent que toute organisation reçoit pour aider Haïti. De nombreux dons ont disparu, soit parce que l’État est intervenu, soit parce que ce qui avait été promis n’a pas été réalisé. Nous avons besoin que ces contrôles soient publics et transparents.
À ce sujet, le père Miguel rappelle l’importance de contrôler et de rendre compte de l’argent investi de manière publique, que l’ONG en question soit parrainée par des personnes célèbres ou des hommes politiques de premier plan. “Dans ce domaine, poursuit-il, l’Église pourrait être utile, qui en tant qu’institution a la reconnaissance du peuple, donc elle pourrait demander à faire les contrôles. Il n’est pas intéressé à perdre des privilèges ou à se présenter comme une réalité inconfortable, mais il s’agirait d’une manière de faire la mission, c’est-à-dire de reconnaître que les mots ne suffisent pas, mais qu’il faut des faits”.
De nombreuses rumeurs circulent sur les hommes politiques haïtiens, selon lesquelles ils entretiendraient des relations avec le crime organisé, directement ou indirectement. “Tant que cette situation perdurera, il n’y aura pas d’avenir différent pour le peuple”, souligne le missionnaire, qui espère : “l’Église doit tenir un discours prophétique et dire haut et fort aux politiques de ne pas jouer avec la faim des pauvres, car ce sont eux qui paient les conséquences de la faim et du désespoir”.
“J’ai confiance dans les jeunes Haïtiens”, conclut le père Miguel, “qui aiment leur pays et veulent un avenir différent, plus éthique et plus solidaire de tous ceux qui subissent depuis trop longtemps l’arrogance d’une minorité”.