AMÉRIQUE/HONDURAS – Appel urgent des Évêques à voter : “Nous devons regarder l’avenir avec espérance”

 20 total views,  1 views today

Tegucigalpa – Nous demandons à la population “de surmonter les sentiments d’indifférence, d’apathie et de scepticisme, causés par notre pauvre système de gouvernement et ses institutions, qui se traduisent par l’abstentionnisme” : c’est l’appel lancé par la Conférence épiscopale du Honduras dans un message publié en vue des élections générales du 28 novembre.
Les Évêques lancent aux Honduriens “un appel urgent à voter, avec responsabilité et liberté”, car “notre pays vit des moments marquants et significatifs”, puis ils exhortent “à donner le vote aux meilleurs candidats, avec le meilleur profil personnel, familial et social” ; qu’ils soient “honnêtes, responsables et sensibles aux besoins du peuple ; qu’ils participent à une bonne politique, qu’ils soient en faveur de la vie et de la famille”, qu’ils pensent “à un meilleur avenir” pour nos enfants”.
Dans leur message adressé ” au peuple de Dieu et à tous les hommes de bonne volonté “, reçu par l’Agence Fides, les Évêques rappellent qu’à travers le vote, chaque citoyen a la possibilité de contribuer au bien du pays et de changer le cours ” inefficace et stérile ” de la nation. “Le Honduras ne mérite pas de voter pour ceux qui veulent le détruire et tentent de gagner les élections par tous les moyens, y compris la tromperie et la fraude”, réitèrent les Évêques, qui appellent à élire des candidats qui ne sont pas impliqués dans la corruption, le crime organisé et le trafic de drogue. Les électeurs, poursuivent-ils, ne doivent en aucun cas et pour aucune raison prendre part à des fraudes, et encore moins approuver ou permettre des abus de pouvoir comme ceux qui ont eu lieu lors des dernières élections. Ils en appellent donc à la conscience de tous les citoyens pour qu’ils soient des observateurs objectifs du processus électoral “pour éviter toute irrégularité et, si elle se produit, pour la dénoncer”.
Dans le deuxième paragraphe, consacré aux partis politiques et à leurs dirigeants, le message réitère l’appel lancé à ces derniers pour qu’ils mettent en œuvre “un processus de démocratisation interne”, qu’ils se débarrassent du clientélisme, qu’ils évitent les alliances avec les groupes de pouvoir économique qui manipulent la politique. Au contraire, ils doivent être capables de nouer des alliances “sur des principes qui garantissent un projet commun de la nation”. Ils demandent aux partis de veiller à ce que les candidats soient “des personnes ayant une authentique vocation de service et sensibles aux pauvres, qui consacrent du temps à écouter les gens avant de prendre des décisions, des personnes ayant une grande sensibilité sociale, qui recherchent réellement le bien commun et non leurs propres intérêts”.
Dans le dernier point, le message s’adresse aux autorités du Conseil national électoral, les exhortant à accomplir leur tâche “avec professionnalisme, objectivité et équité”, car il leur appartient de garantir “la liberté et la transparence du processus électoral”. Les Évêques ont conclu : “Les grands problèmes auxquels le Honduras est confronté doivent être résolus par tous, personne ne peut le faire seul, nous avons besoin les uns des autres. C’est pourquoi le dialogue entre tous les secteurs de la société est indispensable et restera le meilleur moyen de reconstruire le pays. Nous devons regarder l’avenir avec espoir, en ouvrant des espaces pour un nouveau leadership démocratique, éthique et respectueux des droits de la population”.