AMÉRIQUE/HONDURAS – L’Église accueille dans les communautés les migrants haïtiens interdits de prendre le bus ou de demander un moyen de transport

 256 total views,  1 views today

Tegucigalpa – “Nous accueillons les migrants dans nos temples, dans les églises de nos communautés de Quebradas, Cifuentes et San Jose de Mata Guineo. La mer de gens est incroyable ! Comme il est triste qu’ils ne puissent pas voyager en bus ou être transportés en voiture, parce que c’est interdit par le gouvernement hondurien” : ce sont les mots amers du missionnaire rédemptoriste Père Eduardo Andrés Martínez, envoyés à Fides depuis le Honduras. Depuis quelques semaines en effet, les Rédemptoristes de la mission permanente de la ville de Trojes, département de Paraíso, s’engagent à soulager la souffrance des émigrants haïtiens qui éprouvent de grandes difficultés, à tous les niveaux, pour atteindre les États-Unis.
Dans la note envoyée à l’Agence Fides par les missionnaires rédemptoristes qui travaillent en Amérique centrale, on peut également lire le témoignage de l’économe provincial, le Père Oscar Danilo Orozco Martínez, CSsR, qui partage dans une vidéo ce qu’il a vu lors de son voyage au Honduras : “Des images qui marquent beaucoup : sur la route de Trojes, voir tant de personnes qui marchent vers Tegucigalpa, à qui le gouvernement hondurien a interdit de monter dans les moyens de transport, les obligeant à parcourir de longues distances à pied, beaucoup sont des femmes enceintes avec des enfants dans les bras”.
Même sur les réseaux sociaux, on peut voir ce que disent les missionnaires rédemptoristes, sur le Facebook du centre d’évangélisation “Jesus esta vivo” et sur celui de la paroisse du Sacré-Cœur dans le quartier de Nueva Esperanza de Danlí, qui sont devenus un refuge pour les migrants haïtiens qui, dans leur voyage irrégulier vers les États-Unis, passent par le Honduras et ont dénoncé des violations répétées de leurs droits humains.
Mgr José Antonio Canales Motiño, Évêque de Danli, a souligné le manque de réponse des autorités au problème de l’immigration. Il a également demandé la miséricorde pour les Haïtiens, la fraternité, la bonté, la protection contre l’injustice, en plus de l’aide alimentaire ou économique. “Jésus a dit qu’au jour du jugement, il nous demandera comment nous nous sommes comportés avec l’étranger, il dit lui-même : j’étais un étranger et vous m’avez donné un abri. En tant qu’Eglise, nous voulons remplir le mandat de Jésus et offrir selon nos possibilités, une nuit de repos, un dîner ou un petit déjeuner, afin que le passage des migrants haïtiens dans notre pays, soit moins difficile. Nous ne nous arrêterons pas tant qu’il y aura des migrants dans le besoin”, a déclaré l’évêque sur les médias sociaux.
Mgr Canales a également souligné : “En ce qui concerne les autorités, j’ai honte. Quel Hondurien n’a pas un parent qui a voyagé illégalement aux États-Unis ? Connaissons-nous la souffrance de nos frères lorsqu’ils traversent le Guatemala ou le Mexique ? Pourquoi nous comportons-nous de la sorte avec eux ? Je veux penser que la plupart des Honduriens ne sont pas comme ça, mais il y a des gens qui sont têtus envers ces frères et sœurs à cause de l’autorité. Les migrants veulent simplement que leur passage au Honduras soit pacifique, ils ne sont pas et ne seront pas un problème pour nous.”
L’Évêque a annoncé que la paroisse rédemptoriste de Notre Dame du Perpétuel Secours à Trojes a commencé la Pastorale des Migrants ou de la Mobilité Humaine. “Le directeur régional de la santé m’a également contacté pour offrir son aide sur les questions de santé dont les migrants ont besoin”, a-t-il ajouté.
Plus de 3 000 migrants étrangers ont été arrêtés au Honduras entre janvier et juin 2021 pour être entrés illégalement dans le pays dans l’idée de rejoindre les États-Unis, selon les données de l’Institut national des migrations . En effet, le Honduras est devenu ces dernières années un point de transit privilégié pour les migrants, notamment les Haïtiens, les Cubains et les Africains, qui traversent les pays d’Amérique centrale pour atteindre les États-Unis. Ces dernières semaines, selon les sources de Fides, le nombre d’Haïtiens a énormément augmenté par rapport aux autres groupes.