AMÉRIQUE/HONDURAS – Les Évêques : “Les ‘Zede’ sont en violation ouverte de la Constitution et au détriment de notre ordre territorial”

 65 total views,  1 views today

Tegucigalpa – ” La Conférence Episcopale exprime sa solidarité et s’associe aux déclarations des frères Évêques dans leurs diocèses, qui ont repris à leur compte les protestations de la société civile, exigeant la non continuation des Zones d’Emploi et de Développement Economique , car elles ont été créées en violation ouverte de la Constitution de la République et au détriment de notre ordre territorial. C’est ce qu’ont déclaré les Évêques honduriens dans un message adressé au peuple de Dieu à l’issue de la réunion extraordinaire de la Conférence épiscopale, dans lequel ils ont “réfléchi à la réalité de notre pays et à la manière dont nos autorités gouvernent”.
Le projet de création de “Zedes” touche plusieurs régions du Honduras, dans le but de développer l’économie de la zone. Mais selon des experts autorisés, en plus d’être anticonstitutionnel, le projet transformerait la vie politique et sociale de la région, affectant la souveraineté nationale, créant “un État dans un autre État”, où le territoire autonome serait géré par un secrétaire technique nommé par le président du Honduras .
Dans le message de la Conférence épiscopale, reçu par Fides, les Évêques expriment leur préoccupation pour “l’incertitude douloureuse, la peur, l’indignation et l’irritation que la réalité suscite chez les bons Honduriens, aux sentiments nobles et laborieux, qui voient leur avenir et celui de leurs enfants sans espoir”, ainsi que pour le fait que “le gouvernement n’écoute pas ou ne prête pas attention aux déclarations, justes et fondées, de nombreuses institutions importantes du pays. Le gouvernement n’écoute pas et ne prête pas attention aux déclarations justes et fondées de nombreuses institutions parmi les plus importantes du pays”, ainsi que “l’insensibilité et l’indolence des autorités compétentes et de la majorité des politiciens de notre pays face à ceux qui réclament la justice et le respect des droits fondamentaux comme la défense de la souveraineté et de l’intégrité de notre pays”.
Les Évêques ont poursuivi en critiquant l’attitude du Congrès à ce stade – “Comme il est facile de se laver les mains d’un problème de cette ampleur, un problème qu’ils ont eux-mêmes causé !” – et ils ont appelé les membres du Congrès à démontrer “qu’ils se soucient du bien commun et ne cherchent pas à sauvegarder des intérêts personnels et égoïstes”. Ils ont ensuite exhorté la Cour suprême de justice “à ne pas se prêter au jeu politique du Congrès national et à conserver son indépendance en ne se pliant pas à des intérêts contraires au bien de la République”. Dans un environnement confus et obscurci, tel que celui dans lequel nous vivons actuellement en tant que pays, il est de la plus haute importance d’évoquer la séparation et l’indépendance nécessaires des pouvoirs de la Nation.”
“Ce projet nous apportera-t-il vraiment les avantages promis ?” demandent les Évêques, notant la promotion insistante dans les médias du Zedes comme la panacée pour tous les maux du Honduras. “Si les Zedes produisent le développement qu’ils prétendent, pourquoi ne l’ont-ils pas déjà fait ?”. Le message réitère donc clairement : “Les Évêques ne sont pas contre le développement du Honduras, nous y sommes favorables, mais pas de cette manière. Pour cette raison, nous ne soutenons pas la création des Fides. Nous soutenons l’appel d’inconstitutionnalité présenté par l’Université nationale autonome du Honduras… devant la Cour suprême de justice , demandant que l’article 34 de la loi Zede soit déclaré inapplicable”.
Lorsque le bien de la population et le bien-être de chaque famille hondurienne sont en jeu, “il ne s’agit pas de savoir qui a le plus de force politique”, car “nous faisons partie d’une grande famille et d’un beau pays”, poursuit le message, soulignant que “nous sommes tous dans le même bateau, si l’un gagne, nous gagnons tous, si l’un perd, nous perdons tous”. C’est pourquoi ils appellent à ne pas devenir “des spectateurs passifs de la spoliation et de la décomposition irréversible de notre pays”.
La création des Zedes, notent-ils, “est la manière la plus triste et la plus ironique de célébrer le bicentenaire de l’indépendance, en construisant des “villes exclusives et privilégiées” face à une population vivant dans la pauvreté”. En plus d’être anticonstitutionnels, les Zedes violent également le premier chiffre de l’Acte d’indépendance de 1823. Aujourd’hui plus que jamais, conclut le message, le Honduras a besoin de tous et attend l’engagement de tous pour construire une nation plus digne et plus prospère ; une nation où les gens se battent au coude à coude, où le bien de l’un devient le bien-être de tous, où le bonheur de l’un est une source de joie pour tous.”