AMÉRIQUE/MEXIQUE – 3 octobre Marche en faveur des femmes et de la vie humaine : pour les Évêques, c’est “une expression d’amour pour les femmes et la vie”

 7 total views,  1 views today

Mexico – À l’occasion de la marche nationale en faveur de la femme et de la vie humaine qui aura lieu le dimanche 3 octobre dans de nombreuses villes du pays, promue par de nombreuses organisations de la société civile, les Évêques du Mexique ont publié quelques lignes directrices, félicitant ” toutes les personnes de bonne volonté qui ont décidé de participer à la marche ” et encourageant ” ceux qui ne l’ont pas encore fait, à se joindre prophétiquement à cette expression d’amour pour la femme et la vie “.
Dans le communiqué envoyé à l’Agence Fides, signé par Mgr Rogelio Cabrera Lopez, Archevêque de Monterrey, Président de la Conférence épiscopale mexicaine , par Mgr Jesús José Herrera Quiñonez, Evêque de Nuevo Casas Grandes et responsable de la dimension épiscopale de la vie, et par Mgr Alfonso G. Miranda Guardiola, Évêque auxiliaire de Monterrey et Secrétaire Général de la CEM, il est souligné qu’il s’agit d’une ” marche citoyenne, ouverte à toutes les expressions religieuses, sans aucun type de relation ou de lien politique “. Miranda Guardiola, Évêque auxiliaire de Monterrey, Secrétaire Générale de la CEM, a souligné qu’il s’agit “d’une marche citoyenne, ouverte à toutes les expressions religieuses, sans aucun type de relation ou de lien politico-partisan, et qui se déroule dans l’exercice de la liberté d’expression et de manifestation respectueuse”.
Les Évêques rappellent également que “l’esprit qui doit animer les participants est celui de la ‘culture de la rencontre’, promue par le Saint-Père François, fondée sur l’amour, le dialogue et qui exige un comportement impeccable, pacifique, respectueux et exempt de toute forme de violence “.
“Face au faux dilemme consistant à écarter la vie humaine pour protéger les femmes”, poursuivent-ils, “la marche mettra en évidence la défense de la dignité des femmes et favorisera un engagement commun à rechercher des solutions créatives aux divers problèmes auxquels elles sont confrontées dans de multiples domaines, en particulier pour celles qui sont victimes de violence, d’exploitation, de discrimination ou pour les femmes enceintes en situation de vulnérabilité”. En même temps et avec la même conviction, nous mettrons en avant la défense de la dignité de l’être humain conçu non encore né et nous élèverons la voix en faveur de sa protection et de sa défense par l’État”.
Le 6 septembre, la Cour suprême de justice du pays s’est prononcée sur l’inconstitutionnalité de certains articles du code pénal de l’État de Coahuila, concernant la criminalisation des femmes qui ont recours à l’avortement dans certaines conditions, des personnes qui les ont aidées et du personnel de santé qui les a assistées. Les Évêques du Mexique estiment que “les problèmes rencontrés par les femmes et le statut juridique de l’enfant à naître sont une question complexe, d’importance anthropologique, scientifique, philosophique et éthique, qui ne peut être réduite à une résolution dans un tribunal”. Par conséquent, ils considèrent qu’il est essentiel que “tous les protagonistes sociaux – en dehors d’un climat de polarisation idéologique et sans s’accrocher à des positions politiques – s’engagent dans une nouvelle et profonde réflexion qui nous permettra de trouver un chemin commun vers une solution à un problème multidimensionnel et multifactoriel comme celui-ci” .