AMERIQUE/MEXIQUE – Après le dernier massacre à Reynosa : “Nous ne pouvons accepter de vivre dans la peur”.

 221 total views,  10 views today

Reynosa – “Les habitants de Reynosa sont blessés, choqués et terrifiés… malheureusement, nous sommes habitués à la violence, ce qui ne devrait pas être le cas, puisque nous avons tous droit à une vie sûre et paisible” : ce sont les mots de Mgr Eugenio Andrés Lira Rugarcía, Évêque du diocèse de Matamoros, Tamaulipas, devant la mort violente de 15 personnes, assassinées par un groupe armé dans la ville de Reynosa, État de Tamaulipas, le samedi 19 juin. Bien que l’auteur de ce massacre ne soit pas encore connu, on sait que les victimes étaient des civils ordinaires, dont un chauffeur de taxi, un étudiant en infirmerie et quelques ouvriers. Les autorités ont d’abord indiqué qu’il s’agissait d’un affrontement entre cartels de la drogue, mais il est ensuite apparu clairement qu’il s’agissait d’une action visant à semer la terreur et à laisser un message criminel parmi la population.
Le Tamaulipas est un État situé à la frontière avec le Texas, où opèrent depuis un certain temps divers groupes se consacrant au trafic de drogue et à la traite des êtres humains vers les États-Unis, tels que le cartel du Golfe. Le samedi 26 juin, une partie de la population de Reynosa est descendue pour une manifestation dans les rues principales de la ville, réclamant la paix : “Nous voulons vivre en paix” était écrit sur les pancartes des manifestants. Bien qu’il y ait eu une centaine de personnes, les dirigeants des associations civiles qui ont organisé la marche ont souligné que les gens ont peur de sortir de chez eux. Cette semaine, il y a eu un “couvre-feu volontaire” : personne dans les rues après 17 heures, même les magasins ont fermé à cette heure-là, un signe de peur et de protection.
Mgr Lira Rugarcía a déclaré à la presse que “de nombreuses familles ont dû enterrer dans la douleur des êtres chers : parents, frères et sœurs, enfants et amis, qui leur ont été injustement enlevés. C’est horrible !” L’Évêque de Matamoros a célébré une messe le 24 juin pour les victimes du massacre du 19 juin jeudi dernier, mais il y avait très peu de personnes présentes en raison de la peur. “Il est injuste que quelques-uns doivent obliger tout le monde à renoncer à sortir de chez soi pour aller travailler, aller à l’église, rendre visite à sa famille. Vous ne pouvez pas accepter de vivre dans la peur. Il s’agit de dommages émotionnels, physiques, sociaux, spirituels et économiques”, a commenté l’Évêque.
Le Saint-Père François, dans une lettre adressée à l’Evêque Lira Rugarcía, signée par le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État du Vatican, a envoyé son message de condamnation de l’acte violent et de solidarité : “Ayant appris la triste nouvelle de l’affrontement sanglant qui a eu lieu à Reynosa, au cours duquel de nombreux innocents ont perdu la vie, le Saint-Père renouvelle sa ferme condamnation de cet épisode de violence injustifiable”.