AMERIQUE/MEXIQUE – Les Évêques : “Aujourd’hui plus que jamais, nos sociétés ont besoin d’artisans de paix”

 2,380 total views,  3 views today

Mexico – “Après avoir célébré l’un des processus électoraux les plus significatifs de notre histoire, nous invitons tout le monde, indépendamment des résultats du vote, à construire un avenir basé sur la capacité de s’engager ensemble pour surmonter les divisions et d’adopterla réconciliation face à l’injustice et la communion entre nous tout en promouvant la paix . Nous cherchons à transformer les personnes et nos peuples en valorisant une culture du dialogue et du pardon”. Tel est l’appel lancé par les Évêques du Mexique, dans un message signé par le Président et le Secrétaire de la Conférence Épiscopale Mexicaine , respectivement Rogelio Cabrera Lopez, Archevêque de Monterey, et Alfonso G. Miranda Guardiola, Évêque auxiliaire de Monterey.
Le message envoyé à Fides, intitulé “La paix comme aspiration à la plénitude humaine” et daté du 23 juin, s’ouvre en rappelant que “donner la paix est au cœur de la mission des disciples du Christ. Et cet appelle s’adresse à tous les hommes et femmes qui attendent la paix au milieu de la tragédie et de la violence, c’est donc aussi notre désir”. Les Évêques affirment une fois encore, que “la paix ne peut être réduite à un simple équilibre entre la force et la peur”, et que ” l’augmentation de l’intimidation, ainsi que la prolifération incontrôlée des armes, sont contraires à la moralité et à la recherche d’une véritable harmonie”. Ils réitèrent donc que “Aujourd’hui plus que jamais, nos sociétés ont besoin des “artisans de paix'” et rappellent que l’Église, en tant que Mère pleine de sagesse, a toujours insisté sur l’importance de promouvoir une culture de dialogue et de paix à travers le Magistère des Pontifes.
La société mexicaine “a été considérablement endommagée par des scénarios d’insécurité et de violence”, dénoncés par les Évêques depuis 2010, et “cette réalité, loin de s’atténuer, continue de menacer nos communautés”, écrivent-ils dans leur message. Nous sommes tous “appelés à apporter notre contribution à la construction de la maison commune, sous la protection juridique de l’État de droit, qui doit garantir une saine coexistence entre les populations… L’Église accomplit sa mission en suivant les traces de Jésus et en faisant siennes ses attitudes ; de lui, nous apprenons la sublime leçon de l’annonce de l’Évangile de la paix avec la confiance placée dans le pouvoir transformateur de l’Amour”.
Puis ils réaffirment leur intention “de renouveler et de maintenir un dialogue fructueux, ouvert et transparent avec les institutions”, ils proposent “de continuer à s’appuyer sur les principes de solidarité et de subsidiarité, en encourageant la prévalence de l’entraide et la marche animée par la confiance mutuelle”. Ils exhortent à “être un exemple de paix, d’harmonie et d’amour où que nous soyons”, ils encouragent “une saine coexistence”, ils nous invitent à choisir “promptement et à tout moment de combattre la violence”, ils incitent à “une communication assertive” et à être aimable avec tout le monde, même avec ceux qui ne nous saluent pas. Le message se termine par cette invitation : ” Remettons ces désirs et ces exhortations entre les mains de notre bon Dieu et sous la protection de Sainte Marie de Guadalupe, qui depuis cinq siècles nous accompagne et qui dans son visage métisse nous offre un message de communion, qui nous permet de surmonter les différences par la paix et l’harmonie “.