AMERIQUE/MEXIQUE – Multiplication des efforts de la part des Evêques en matière d’accueil des migrants malgré une situation très détériorée

Coahuila – Les Evêques de la partie nord-est du Mexique sont unis pour accueillir les caravanes de migrants qui cherchent actuellement à entrer dans le pays en direction de la frontière américaine. S.Exc. Mgr Alonso Garza Treviño, Evêque de Piedras Negras, Coahuila, a déclaré vouloir ouvrir une autre Maison du Migrant dans cette ville pour tenter d’avoir plus de possibilités d’accueil. Une initiative similaire a été prise également par l’Archevêque de Monterrey, S.Exc. Mgr Rogelio Cabrera López, l’Evêque auxiliaire de ce même siège, S.Exc. Mgr Heriberto Cavazos Pérez, ainsi que par l’Evêque de Saltillo, S.Exc. Mgr Raúl Vera López, O.P. Depuis longtemps désormais, ces Diocèses œuvrent à l’accueil et au soutien des migrants et maintenant, avec les caravanes humanitaires, ils poursuivent leur engagement de manière encore plus importante vu que le problème est devenu international.
Mgr Alonso Garza Treviño a déclaré que, pendant que les centres gérés par l’Eglise se mobilisent rapidement pour suivre certains cas, le processus engagé par les autorités responsables des migrations est lent. La réalité géographique de la zone comporte en outre des aspects dramatiques, dans la mesure où à Piedras Negras, de nombreux immigrés se sont noyés en tentant de traverser le Rio Bravo. Mgr Rogelio Cabrera Lopez a expliqué que désormais la question de la migration constitue un phénomène mondial qui devrait intéresser tout un chacun, le Pape François demandant continuellement un plus grand engagement et une plus grande attention envers les migrants.
A Monterrey arrivent de nombreux immigrés et il est nécessaire qu’ils soient pris en charge en ce qu’il s’agit d’un droit humanitaire, a souligné Mgr Heriberto Cavazos Pérez alors que Mgr Raúl Vera López a rappelé que, depuis son arrivée dans le Diocèse de Saltillo, il a cherché à accueillir les groupes d’immigrés au travers de l’ouverture de la Maison du Migrant, avec le soutien du Père Pedro Pantoja.
Sur la base des données recueillies par une source locale de Fides, il ressort que la situation au Mexique est arrivée aux limites en ce qui concerne la logistique et l’assistance. En effet, il n’existe plus de lieux où faire dormir les immigrés ni où les faire manger…. A cela vient s’ajouter la politique des Etats-Unis qui consiste à renvoyer au Mexique tous ceux qui ne sont pas autorisés à entrer sur leur territoire, arrêtés en situation illégale sur leur territoire ou débouté de leur demande de permis de séjour.
Le problème s’est aggravé au cours de ces dernières semaines en ce que s’était répandue la rumeur selon laquelle un enfant pouvait permettre une obtention plus simple d’un permis de séjour aux Etats-Unis, de sorte qu’un grand nombre de personnes provenant du Honduras, du Salvador et du Guatemala s’étaient dirigés vers la frontière avec de nombreux enfants à leur suite, mais la nouvelle s’est révélée fausse.
« Nous sommes à un moment très étrange dans la mesure où l’administration américaine déclare ne pas disposer des capacités physiques d’arrêter les personnes qui sont à la recherche d’un asile, demandant au Mexique de les retenir » a déclaré à la presse mexicaine Maitre Jaime Barrón, avocat des migrants exerçant à Dallas. « Il s’agit d’un accord très étrange et selon moi discutable fait pour contraindre les personnes à se rendre et à ne pas demander l’asile. Grande est la peur de demeurer au Mexique pendant des mois voire des années dans l’attente de l’examen du dossier de la part d’un juge américain de l’immigration et d’une réponse des autorités compétentes sur la concession ou non de l’asile. Entre temps, les personnes demeurent au Mexique sans avoir d’endroit où dormir ou bien dans lesquels manger » avertit l’avocat.

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale