AMÉRIQUE/NICARAGUA – Les Évêques : ” Le Nicaragua saigne ” à cause de la répression, de l’émigration, de la pandémie et de la faim

 324 total views,  1 views today

Managua – Le Cardinal nicaraguayen Leopoldo Brenes, Archevêque de Managua, a affirmé dimanche 4 juillet qu’il y a des personnes dans le pays qui ” veulent enlever des forces à l’Église “, dans le contexte de la crise sociopolitique locale, exacerbée par une vague d’arrestations de leaders de l’opposition . “Aujourd’hui, nous entendons, à de nombreux moments, des gens qui nous attaquent, qui attaquent le Pape François ou qui veulent d’une manière ou d’une autre diminuer la force de l’Église. Ils nous insultent.Nous sommes persécutés, calomniés, mais tout cela tombe dans l’oreille d’un sourd, car notre espoir et notre confiance dans le Seigneur sont forts”, a déclaré le Cardinal Brenes au cours de la messe.
Dimanche, le Nicaragua a célébré la fête du “sang du Christ”, l’une des fêtes les plus sincères de la dévotion populaire. Le Cardinal Brenes a célébré deux messes : dans la cathédrale de Managua et dans les studios de la station de télévision de l’archidiocèse. Dans l’introduction à la célébration eucharistique, il a déclaré que “tout le peuple du Nicaragua est fier d’avoir l’image du sang du Christ, et elle ne sera jamais détruite, car elle est dans nos cœurs.”
L’année dernière, un incendie criminel a dévasté une chapelle de la cathédrale de Managua le 31 juillet 2020, endommageant gravement le soi-disant “sang du Christ”, un précieux crucifix en bois datant de 382 ans. Cet acte sacrilège s’ajoute à d’autres actes de vandalisme perpétrés les jours précédents contre des églises catholiques dans d’autres villes du pays. “Ces faits représentent une grave persécution contre l’Église catholique, ses pasteurs et tous les fidèles, en contradiction avec la liberté religieuse garantie par notre Constitution “, souligne le texte de l’archidiocèse de Managua .
Comme l’a rapporté la presse internationale, le Nicaragua connaît actuellement une vague d’arrestations pour raisons politiques, qui n’a jusqu’à présent touché que les leaders de l’opposition. Ceux qui se présentent comme des partisans du président Daniel Ortega ont publiquement insisté sur le fait que même les Évêques peuvent être arrêtés.
“Nous vivons au milieu de difficultés, d’insultes, de privations, de persécutions, de calomnies”, a réitéré le Cardinal-Archevêque de Managua. “Nous avons des difficultés, nous avons de gros problèmes, nous avons les problèmes de la pandémie qui nous affligent, nous avons nos problèmes politiques, sociaux, économiques, des familles qui souffrent parce que beaucoup de leurs proches sont privés de liberté”, a-t-il ajouté, faisant référence aux prisonniers politiques.
Même l’Évêque de Matagalpa, Mgr Rolando Álvarez, lors de l’homélie de dimanche dernier, a souligné les souffrances que les Nicaraguayens éprouvent en raison de la répression de l’État, ainsi que des migrations forcées, des emprisonnements arbitraires, de la pandémie, du chômage, du manque de nourriture et de l’injustice, comme le rapporte la note reçue par Fides.
“Nos esprits et nos cœurs pensent aux milliers de migrants qui étaient forcés de quitter leurs terres ces dernières semaines à la recherche d’un horizon meilleur et prient pour toutes ce personnes qui quittent au risque de leur vie pour trouver ce que notre beau pays ne leur a pas offert”, a déclaré l’Évêque, ajoutant que “des familles entières traversent le désert de la migration dans des caravanes de douleur qui brisent le cœur.” Le Prélat a également averti que “le Nicaragua saigne de la souffrance des personnes privées de liberté, des familles brisées par les migrations forcées, de la douleur des malades à cause de la pandémie, de l’extrême pauvreté.”
Toutefois, Mgr Álvarez a exhorté les Nicaraguayens à ne pas sombrer dans le désespoir et le pessimisme : “Nous devons continuer à désirer et à travailler pour un nouveau Nicaragua, une nouvelle nation, un État moderne, fonctionnel et pluraliste, un pays où nous pouvons tous vivre, sans mépris ni exclusion, où règne le respect et où nous pouvons travailler dans des conditions d’égalité sociale et politique. Des conditions que nous espérons et dont nous avons besoin pour les prochaines élections, des conditions égales qui donnent de la validité aux élections”, a conclu M. Álvarez.
Les relations entre l’Église catholique et le président Ortega, qui n’ont jamais été étroites, se sont rompues en juillet 2018, lorsque le président nicaraguayen a accusé les Évêques de planifier un prétendu ” coup d’État “, comme il a appelé les manifestations antigouvernementales de cette année-là, réprimées par des attaques armées qui ont fait des centaines de morts, d’emprisonnés ou de disparus . Les récentes arrestations de dirigeants de l’opposition interviennent un peu plus de quatre mois avant les élections du 7 novembre, au cours desquelles M. Ortega cherche à prolonger le mandat qu’il a entamé en 2007.