AMÉRIQUE/PANAMA – Archevêque de Panama : “Nous avons une société corrompue et personne ne fait le premier pas pour la transformer”

 21 total views,  1 views today

Panama City – L’Archevêque de Panama, Mgr José Domingo Ulloa, a lancé un appel pressant aux Panaméens pour qu’ils abordent et résolvent le ” grand problème ” de la corruption qui gangrène le pays et la société, et qui, a-t-il dit, passe avant tout par la connaissance du choix de leurs dirigeants. “La corruption est un vrai problème, et en ce moment le grand problème est que nous avons une société corrompue, c’est la vérité”, a déclaré Monseigneur Ulloa aux journalistes après avoir présidé la célébration eucharistique dimanche dernier. “C’est pourquoi je crois que nous sommes appelés à savoir comment choisir qui nous représente, afin que personne ne se plaigne ensuite”, a déclaré le Prélat.
L’appel de l’Archevêque panaméen intervient dans le contexte d’une série de scandales liés à des actes de corruption présumés, qui ont été révélés par les médias locaux pendant la pandémie de Covid-19. Certaines d’entre elles ont conduit au licenciement de responsables de la santé en raison de conflits d’intérêts. Cependant, la corruption au Panama n’est pas un phénomène récent : une enquête de la société de recherche espagnole GAD3, réalisée à la demande du journal panaméen “La Prensa” et publiée en mai dernier, a révélé que 71,1 % des personnes interrogées associaient le gouvernement actuel de Laurentino Cortizo à la corruption, tandis que 15,8 % étaient indifférentes.
Depuis des années, le Panama est secoué par des scandales de corruption, avec une réponse judiciaire, dans de nombreux cas, qualifiée à l’unisson d’impunité, et des inégalités sociales qui ne se sont pas atténuées malgré la croissance économique qui a marqué le pays au cours de la dernière décennie.
Pour Mgr Ulloa, cette situation n’est malheureusement “rien d’autre que le reflet de ce que nous sommes malheureusement en tant que société, une société corrompue, qui se plaint ensuite de quelques personnes corrompues, mais où personne ne fait le premier pas pour la transformer”.
Le président du Panama, Laurentino Cortizo, a déclaré Mardi 31 août, la lutte contre la corruption au sein de son gouvernement qui, a-t-il répété, favorise la transparence dans la gestion publique. “Je ne tolérerai aucun acte de corruption. Les plaintes pertinentes ont été déposées, en coopérant avec les autorités qui ont la responsabilité d’enquêter”, a déclaré Cortizo, qui a pris ses fonctions en juillet 2019 pour un mandat de cinq ans.