AMERIQUE/PARAGUAY – Après le dernier attentat, les évêques appellent à trois jours de prière, de jeûne et de gestes communs pour la paix et le respect de la vie

di | 05/21/2022

Asunción – Une semaine après l’assassinat du procureur Marcelo Daniel Pecci Albertini , une nouvelle attaque a eu lieu dans la ville de Pedro Juan Caballero, où le maire José Carlos Acevedo a été gravement blessé par sept coups de feu, et lutte désormais entre la vie et la mort, avec peu de chances de survie. La Conférence épiscopale paraguayenne a exprimé sa solidarité avec le maire, sa famille et les personnes qui l’accompagnent, dans un communiqué intitulé : ” Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ” .
“Nous condamnons et répudions cette attaque et toutes les attaques contre la vie humaine”, écrivent les Evêques, insistant sur le fait que “notre Dieu est un Dieu qui aime la vie et son commandement est clair et précis : ne pas tuer.” Ils demandent donc “aux forces de sécurité et au parquet d’identifier et de traduire en justice les responsables de ces crimes horribles”. Ils invitent ensuite chacun, autorités et citoyens, “à promouvoir avec courage et constance le respect des institutions, des lois et de la Constitution de notre pays, afin que nous puissions vivre dans un environnement de paix et de sécurité”. Les Evêques demandent l’intercession de la patronne du pays, Notre-Dame des Miracles de Caacupé, “afin que la violence cesse et que nous puissions vivre en paix et en harmonie”.
La Conférence épiscopale propose donc, du 20 au 22 mai, trois jours de prière, de jeûne et de geste commun pour la paix et le respect de la vie : “toutes les personnes sont invitées à offrir ces actions comme expression de tristesse, de pénitence, de supplication et d’engagement pour une paix véritable entre frères et sœurs. Pendant ces jours, à chaque messe, nous prierons pour la paix et le respect de la vie”.
Le vendredi 20 mai, les évêques invitent les gens à jeûner, “une expression de notre foi et de notre communion avec toute l’Église pour démontrer la primauté du spirituel sur le matériel”, et un signe de “solidarité avec ceux qui manquent de pain quotidien”. Le samedi 21 mai, chacun est invité à allumer une bougie, chez lui, dans son quartier, dans sa paroisse, “pour montrer que seul le Christ ressuscité peut nous tirer des ténèbres de la violence et de la mort”. Le dimanche 22 mai, chacun peut apporter un drapeau ou un foulard blanc en signe de paix. “La paix est un don du Christ ressuscité et, en même temps, elle est l’engagement de tous”, soulignent enfin les Evêques, qui nous invitent à ne pas rester indifférents ou dans un silence complice, “engageons-nous à être des artisans de paix”.
Dans un long message publié à l’occasion du 211e anniversaire de l’indépendance nationale, le président de la Conférence épiscopale du Paraguay, Monseigneur Adalberto Martínez Flores, a cité le meurtre brutal du procureur Pecci Albertini : ” Ce crime abominable ne doit pas être considéré comme un cas isolé, c’est une blessure mortelle dans le cœur de tous les Paraguayens… L’Église soutient que la priorité ne doit pas seulement être donnée à l’augmentation des mesures législatives ou à l’application de la loi, mais aussi à une attention adéquate à la population et aux conditions de vie, de santé, d’éducation et de travail ” .

Read More

I contenuti del sito fides.org sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.