AMÉRIQUE/PÉROU – La Voz de la Selva, la radio catholique qui écoute et diffuse les cris et les espoirs de l’Amazonie

 145 total views,  1 views today

Iquitos – “Nous sommes honorés par la reconnaissance de ce prix, et en même temps nous nous sentons engagés à poursuivre la même ligne de notre leader, Oraldo Reátegui, directeur, animateur et attaché de presse de la radio amazonienne La Voz de la Selva, qui est décédé le 1er juillet à cause de Covid-19”. C’est ce que déclare Rubén Meza, responsable de la programmation de la station dont il est membre depuis de nombreuses années, à l’annonce du prix décerné à la radio.
De la note reçue par l’Agence Fides du Centro Amazónico de Antropología y Aplicación Práctica , il ressort qu’à l’occasion du Bicentenaire national, le 1er octobre, jour du Journaliste, l’Association des Journalistes du Pérou a reconnu le travail de près d’un demi-siècle de la station de radio du Vicariat Apostolique d’Iquitos avec la Willah Kamayuc, reconnaissance pour la pratique des valeurs journalistiques dans son travail informatif.
Le 14 avril 2022, La Voz de la Selva fêtera les 50 ans de sa création, des années de travail en quête de vérité et de justice. “Le nom de cette station est en soi sa devise, son cri de guerre, car l’homme et la femme de l’Amazonie savent que ces micros sont là pour écouter leur voix, leurs revendications, mais aussi leurs joies et leurs espoirs”, explique Meza. “Le défi est de continuer à montrer que nous sommes différents. Une radio appartenant à l’Église catholique, qui, comme le souligne l’évêque d’Iquitos, Mgr Miguel Ángel Cadenas, est la voix sociale de l’Église.
“Dans ce contexte historique, plus que jamais, un journalisme responsable était essentiel pour informer et expliquer à la population non seulement les données, mais aussi ce que l’on sait sur le Covid-19 et ses symptômes”, disait Reátegui.
L’orientation sociale de la radio a également joué un rôle important. La Voz de la Selva a promu la campagne de solidarité du Vicariat Apostolique d’Iquitos afin de récolter des fonds avec lesquels il a été possible d’acheter quatre équipements d’oxygène pour aider ceux qui en avaient le plus besoin à faire face à la pandémie. “Dans ce contexte, plus que jamais, un journalisme responsable était essentiel pour informer et expliquer à la population non seulement les données, mais aussi ce que l’on savait de la maladie et de ses symptômes”, a ajouté M. Meza.
Le radiodiffuseur amazonien a été fondé en 1972 par la fusion de deux stations de radio appartenant à l’Église catholique : celle du Vicariat apostolique de San José del Amazonas, basée dans l’Indiana, et celle qui opérait dans la ville d’Iquitos, appartenant au Vicariat apostolique d’Iquitos.