AMÉRIQUE/PÉROU – L’Archevêque d’Arequipa : “Soit nous sortons de la crise ensemble, soit nous n’en sortons pas”

 55 total views,  1 views today

Arequipa – ” Le bicentenaire de notre indépendance nationale nous trouve dans une crise multidimensionnelle, peut-être la plus grave de notre vie républicaine. La crise sanitaire portée à son paroxysme par la pandémie de COVID-19 et la crise économique qu’elle provoque, s’ajoutent à la crise politique et sociale que nous traversons depuis plusieurs années et qui semble ne pas vouloir s’arrêter. Le candidat Pedro Castillo a remporté la présidence de la République avec un peu plus de 40 000 voix derrière la candidate Keiko Fujimori. Le Pérou était déjà divisé et, malheureusement, la nomination du nouveau cabinet ministériel n’a suscité aucun espoir d’unité nationale”, écrit cette description de la situation péruvienne par Mgr Javier Del Río Alba, Archevêque d’Arequipa.
Mgr Del Río Alba, a rappelé les paroles du Pape François concernant les crises : ” Chaque crise nous confronte à deux voies : celle du repli sur soi dans la poursuite de ses propres intérêts et celle de l’ouverture aux autres avec les risques que cela comporte mais aussi avec les fruits que cela peut apporter ” . Le grand défi du Pérou aujourd’hui est de s’ouvrir “aux autres”, à la recherche d’un projet commun pour le pays qui, malgré ses 200 ans de vie républicaine, est encore en construction. Et face à ce défi, qui est en même temps une grande opportunité offerte par le bicentenaire, la société civile peut jouer un rôle historique dans la mesure où, ne se laissant pas entraîner par la polarisation dans laquelle certains groupes de pouvoir veulent nous maintenir, elle choisit de briser les murs par la charité politique et de construire des ponts d’amitié sociale. Il faut le faire et exiger que les autorités le fassent aussi, au lieu de continuer à se distancer dans des confrontations stériles basées sur des idéologies ou des intérêts personnels qui finissent par nuire aux personnes, souligne l’archevêque d’Arequipa.
La note envoyée à Fides poursuit avec l’invitation de l’Archevêque : ” Pour cette raison, il est essentiel que les citoyens assument une plus grande responsabilité politique, qui comprend non seulement le parti mais aussi d’autres formes de participation active à la vie de la polis, en coopérant, chacun à partir de la situation dans laquelle il se trouve, à la construction d’une société plus juste et plus fraternelle “.
“Nous, Péruviens, sommes appelés à mieux sortir de la crise dans laquelle nous nous trouvons et nous le ferons dans la mesure où nous travaillerons ensemble, car comme le dit aussi François : “soit nous sortons ensemble, soit nous ne sortons pas”. La voie est celle du dialogue à tous les niveaux, de l’intégration des grands secteurs de la population nationale qui ont été jusqu’à présent marginalisés, de la valorisation de la diversité qui intègre, de la recherche commune du développement humain intégral de chaque Péruvien”.