AMÉRIQUE/PÉROU : Les Évêques partagent la “souffrance et l’incertitude” du pays et appellent à “la réconciliation et au dépassement de la polarisation”

 30 total views,  1 views today

Lima – Dans leur message du 25 août, les Évêques du Pérou disent partager ” la souffrance et les grandes incertitudes que vit notre cher pays “, mais même dans cette situation, comme sur le bateau dans la tempête, ils nous invitent à penser que Jésus est toujours près de nous, il nous dit que ” nous ne sommes pas seuls, que nous avons toujours des raisons d’espérer “.
Le message, envoyé à Fides, est divisé en 12 points, dans lesquels les Évêques péruviens analysent la situation du pays, soulignant avant tout leur profonde préoccupation pour l’incertitude créée par la “polarisation politique extrême ” qui a des répercussions dans toutes les sphères sociales et surtout dans la vie des plus pauvres et des plus marginalisés, affectant de plus en plus les valeurs de la coexistence humaine. Les Évêques dénoncent donc “la négligence douloureuse et historique de la situation de milliers de compatriotes des périphéries du pays”, qui accentue les inégalités sociales, génère douleur et ressentiment, et accroît la méfiance entre les autorités et la population. “De nombreux compatriotes souffrent en raison du manque de travail, du coût élevé de la vie et de la peur d’investir dans notre pays”, poursuivent-ils, ainsi que de la menace d’une troisième vague de Covid-19. À cet égard, ils notent que de nombreux parents s’inquiètent du fait que l’éducation numérique n’a pas atteint les objectifs d’apprentissage visés ; de nombreux élèves, en particulier les plus pauvres, n’ont pas pu accéder aux classes numériques ; et il existe des signes évidents de détresse mentale et émotionnelle chez les garçons et les filles en raison du manque de contact direct avec les camarades de classe et les enseignants. “Nous lançons un appel insistant au gouvernement pour qu’il fournisse les vaccins nécessaires à tous, et en même temps nous invitons tous les Péruviens à se faire vacciner, comme une expression de responsabilité pour eux-mêmes et pour les autres”, demandent les Évêques, en plus du droit d’exprimer notre foi de manière libre et responsable, dans un contexte de sécurité sanitaire. La foi peut contribuer “à la réconciliation et au dépassement de la polarisation, en générant une culture de la rencontre et du dialogue. L’intolérance, l’indifférence et la discrimination ne doivent pas continuer à prévaloir dans notre coexistence”, réitère le texte.
Les Évêques péruviens invitent donc, “en ce moment crucial de notre histoire”, à marcher ensemble “à la recherche de la réconciliation et du bien-être de tous”, en ayant des objectifs communs, en dépassant les désillusions, en sortant de nous-mêmes et de nos intérêts, pour dire : “Oui à la proximité et non à l’isolement, oui à la culture de la rencontre et non à la culture de la confrontation”.
Dans la poursuite du bien commun et de la démocratie, “le mécanisme politique de l’exaspération, de l’exacerbation et de la polarisation” n’est certainement pas utile ; il faut plutôt utiliser les mécanismes prévus par la Constitution et le système législatif actuel. C’est pourquoi le message invite : “Orientons la démocratie vers la liberté, en évitant tout autoritarisme. Vers l’égalité, la lutte contre toutes les formes de discrimination et la pauvreté. Vers la fraternité, la promotion de l’amitié sociale et la protection de notre grande diversité culturelle et de notre riche biodiversité”.
Dans la conclusion, les Évêques réitèrent leur “volonté de dialogue avec les autorités gouvernementales”, appelant “à travailler ensemble pour le bien commun à travers des tables de dialogue” : “L’Église tend la main et réitère sa volonté de construire des ponts et de travailler ensemble dans la fraternité et l’amitié sociale, pour le bien commun, le développement humain intégral et pour renforcer notre fragile démocratie”.