AMÉRIQUE/PÉROU – Les huit vicariats de l’Amazonie péruvienne sur le même portail web

 85 total views,  1 views today

Amazonas – Sous le domaine www.queridaamazonia.pe, le nouveau site web du Centre amazonien d’anthropologie et d’application pratique est déjà opérationnel. Ce portail web informatif représente le réseau ecclésial pan-amazonien REPAM au Pérou et réunit les huit vicariats de l’Amazonie péruvienne dans un même espace pour partager des projets, des nouvelles, des initiatives.
” Ce site Internet a été créé dans le but de rendre plus visibles les communautés de la forêt et de promouvoir les ‘vocations à l’Amazonie’ dans l’Église péruvienne : susciter des laïcs, des religieux et religieuses et des prêtres qui souhaitent venir comme missionnaires sur cette terre bénie et aimée de Dieu “, peut-on lire dans la note envoyée à Fides par la Conférence épiscopale péruvienne.
Avec un graphisme très attrayant, la liste des vicariats apostoliques est immédiatement visible : le vicariat de San José del Amazonas, le vicariat d’Iquitos, le vicariat de Yurimaguas, le vicariat de Requena, le vicariat de Jaén, le vicariat de Pucallpa, le vicariat de San Ramón et le vicariat de Puerto Maldonado. Des Vicariats, il y a des données, des photos et des nouvelles qui montrent les communautés engagées dans l’évangélisation, le travail social et la mission avec les plus abandonnés.
Le Pérou est le deuxième plus grand pays, après le Brésil, avec une superficie amazonienne de plus de 70 millions d’hectares , une population de 3 672 292 habitants, soit 13% de la population totale du pays. Selon l’INEI , il existe 51 populations amazoniennes indigènes dans la nation, représentant 13 familles linguistiques.
Comme l’a déclaré le Pape François à Puerto Maldonado en janvier 2018, ” les États ont vu l’Amazonie comme une dispensation inépuisable de ressources naturelles. Cela a conduit à une série de politiques erronées dans cette région qui mettent en danger leur existence en tant que peuples. Face à cela, les peuples autochtones continuent de lutter pour la reconnaissance de leurs titres communaux et le renforcement de leurs processus d’autonomie, d’auto-gouvernement et de construction de territoires intégraux” ; non seulement maintenant pour faire face à la pandémie de COVID 19 mais pour assurer leur continuité politique et économique. Le Pape François a également déclaré : “La défense du territoire est fondamentale face aux menaces extérieures telles que : l’exploitation minière, les monocultures, les mégaprojets, le changement climatique, etc. et aux conflits territoriaux découlant des invasions, des frontières avec les colons et entre les communautés.”
Le Synode sur l’Amazonie et l’Exhortation apostolique Querida Amazonia ont offert une lueur d’espoir en ces temps difficiles. Le dialogue, la connaissance et l’apprentissage à partir des expériences de ces peuples autochtones, est-il affirmé, sont fondamentaux, non seulement pour ces sociétés, mais aussi pour le reste de la planète.