AMÉRIQUE/ RÉPUBLIQUE DOMINICAINE – Radio Seybo, 47 ans au service de la mission

 134 total views,  1 views today

Santo Domingo – Radio Seybo, 47 ans au service de la mission. La radio, qui depuis 1974 est gérée par l’ordre religieux des missionnaires dominicains, présente un parcours riche en expériences pour la mission en République dominicaine.
En 2003, le premier saut : d’une chaîne locale – couvrant uniquement la province de Seybo – elle a commencé à avoir un champ d’action régional, atteignant les villes de la région orientale de la République dominicaine, en particulier les zones rurales.
Puis enfin, depuis 2009, grâce à l’internet, elle peut atteindre tous les coins du monde.
Il y a dix ans, informe une note envoyée à Fides, les responsables de la radio avaient écrit : ” Radio Seybo ne s’arrête pas là. Malgré de grandes difficultés et de mauvaises prédictions, nous sommes arrivés à trente-sept ans de vie avec beaucoup d’énergie et d’enthousiasme. Les défis que nous devons relever à l’avenir se concentrent sur l’amélioration constante de notre programmation, pour continuer à être la station préférée des habitants d’El Seybo et aussi dans les zones qu’elle atteint aujourd’hui, car avec la modernisation, la radio va de l’avant, et nous avons la preuve d’être entendus dans plus de cent pays grâce à notre carte sur le web. Nous sommes la première station d’Amérique latine à fonctionner à l’énergie solaire, la première du pays à utiliser un émetteur numérique et la première d’El Seybo à être écoutée sur Internet. Enfin, nous avons réussi à faire en sorte que nos ressortissants à l’étranger puissent communiquer avec leurs familles ici par radio”.
En plus des programmes d’évangélisation qu’elle mène, Radio Seybo s’engage à promouvoir des projets sociaux.
Le dernier des projets en cours de réalisation s’appelle “Recicreartes”, un projet mené en collaboration avec Acción Verapaz ; ce merveilleux projet promeut l’amélioration des conditions sociales des personnes aux ressources limitées par l’apprentissage, la création et la vente d’arts plastiques comme moyen de subsistance.