AMERIQUE/SALVADOR – Les forces militaires, fausse solution au problème de la migration selon un certain nombre d’Evêques

San Salvador – « Il est dommage que les migrants soient considérés comme des criminels et qu’ils soient détenus avant même d’arriver dans le pays de destination » a remarqué S.Exc. Mgr José Luis Escobar Alas, Archevêque de San Salvador, au cours de son habituelle rencontre avec les journalistes du Dimanche 9 juin, près la Cathédrale de la capitale. L’Archevêque déplore la décision du Mexique de détenir les immigrés centroaméricains privés de documents sous la pression des Etats-Unis.
Selon les informations recueillies par Fides, après un accord intervenu le 7 juin au soir, les Etats-Unis ont décidé de ne pas appliquer le tarif de 5% à tous les produits importés du Mexique en échange du déploiement de 6.000 membres de la Garde nationale pour bloquer le passage des migrants centroaméricains et provenant d’autres nations en direction des Etats-Unis.
La note envoyée à Fides rapporte les propos de l’Archevêque : « Il est triste que le Mexique, qui avait fait preuve d’humanité envers les migrants sous le gouvernement de Manuel Andrés López Obrador, ne puisse plus conserver sa politique parce qu’il a été plié par la menace de taxes ». Pour bloquer la migration irrégulière, il faut résoudre les problèmes existant dans les pays d’origine des migrants « au lieu de procéder d’une manière qui va à l’encontre des droits fondamentaux, injuste et violente envers ces peuples » a déclaré Mgr Escobar Alas.
Une donnée significative concernant ce phénomène moderne de la migration réside dans le fait que le Salvador a obtenu en l’an dernier un record d’apports familiaux de la part de ses expatriés correspondant à 5,468 millions d’USD provenant en majorité des 2,5 millions de salvadoriens résidant aux Etats-Unis. Ces sommes correspondent à 16% environ du PIB de l’Equateur et constituent donc par suite un soutien important à l’économie.
Des Evêques mexicains tels que S.Exc. Mgr José Guadalupe Torres Campos, Evêque de Ciudad Juarez, ont commenté la position du gouvernement mexicain, indiquant « Au Mexique, nous avons toujours rejeté la militarisation de la frontière de notre voisin et maintenant nous le faisons nous, non seulement à la frontière nord mais également à la frontière sud ».
L’Evêque de Saltillo, S.Exc. Mgr Raul Vera Lopez, a pour sa part souligné que le Mexique constituera le gardien de sécurité pour le voisin du nord mais « les forces militaires au sud ne résolvent pas le problème de la migration ». Mgr Vera Lopez, qui connait bien la situation de la zone, en ce qu’il a été Evêque au Chiapas, a affirmé : « La solution doit être recherchée pour toute la région et non pas au travers du déploiement de militaires à la frontière. Le Mexique avait déclaré lui aussi qu’il était possible de proposer un plan pour améliorer la situation économique du Honduras, du Salvador et du Guatemala. Cela constituait la bonne voie ».

da: www.fides.org
I contenuti del sito sono pubblicati con Licenza Creative Commons Attribuzione 4.0 Internazionale