ASIE/BANGLADESH – L’Église locale se souvient du père Adolfo L’Imperio, missionnaire pendant 50 ans au Bangladesh.

 122 total views,  1 views today

Dinajpur – Le diocèse catholique de Dinajpur et toute l’Eglise du Bangladesh se souviennent avec joie et gratitude de la vie et de l’œuvre du Père Adolfo L’Imperio, prêtre et missionnaire, membre de l’Institut Pontifical pour les Missions Etrangères , décédé à l’âge de 91 ans le 3 juillet à Lecco, en Italie. Le prêtre a passé 51 ans de sa vie au Bangladesh, notamment dans le diocèse de Dinajpur. “C’était un homme de prière et un prêtre d’une grande profondeur spirituelle”, indique dans une note envoyée à l’Agence Fides Mgr Sebastian Tudu, qui dirige aujourd’hui le diocèse de Dinajpur, ajoutant que “le missionnaire portait toujours un sourire sur son visage.” “Il avait un bon caractère, une personne aimable. Il a consacré toute sa vie au service humain et pastoral des enfants et des jeunes pour lesquels, à l’exemple du Christ, il avait une prédilection. Il est arrivé en 1969 et a contribué à l’édification, à tous les niveaux, de notre Église locale qui ne l’oubliera pas”, a noté Mgr Tudu.
Le père L’Imperio est né le 28 février 1930 dans la ville italienne de Gaeta. Ordonné prêtre le 29 juin 1967, après un temps de formation linguistique en Angleterre, il est arrivé au Bangladesh en 1969 comme missionnaire. Les fidèles locaux se souviennent qu’en 1969, lorsque le père Adolfo est arrivé, le Bangladesh n’existait pas encore : le pays s’appelait en fait “Pakistan oriental”. Deux ans seulement après l’arrivée du père Adolfo, la “guerre de libération” éclate et se termine par la création d’un “État indépendant”, le Bangladesh.
Ce furent des années terribles de faim, de famine, de catastrophes naturelles. Dans le nouveau pays, qui comptait alors 70 millions d’habitants , le père Adolfo a dirigé les opérations de Caritas dans le nord du pays et dans la région de Dinajpur, destinées aux indigènes Santal et aux lépreux en même temps. À Dinajpur, il a construit des écoles, des églises, des auberges, des dispensaires. Pendant une dizaine d’années, il a été curé de la cathédrale de Dinajpur et directeur du projet contre la lèpre. Parmi les structures qu’il a construites, citons le grand séminaire national de Banani à Dinajpur, le lycée St. Phillip, la cathédrale de Dinajpur, l’église de Mothurapur à Pabna et l’église de Rangamatia à Dhaka.
De 1972 à 1976, il a été le supérieur régional de l’Institut Pontifical pour les Missions Etrangères au Bangladesh. Il a été directeur du lycée St. Phillip, directeur du pensionnat St. Phillip et directeur du petit séminaire St. Joseph à Dinajpur.
En 2014, le Père L’Imperio a terminé son service actif, mais il est resté à Dinajpur, dans la maison locale de PIME continuant à aider en particulier les malades, les nécessiteux, les jeunes chômeurs. Dinajpur a toujours été son “premier amour” et ici aussi, ces dernières années, il a contribué à la construction du nouveau collège pour enfants, de la nouvelle église et de la nouvelle école.
En 2019, il a été transféré en Italie, à la maison de repos PIME de Lecco, où il a passé la dernière partie de sa vie paisiblement, portant toujours le Bangladesh dans son cœur.