ASIE/BANGLADESH – Un Évêque protestant : il est urgent de mettre en place un programme d’enseignement interreligieux dans les écoles pour lutter contre l’intolérance

 13 total views,  1 views today

Dhaka – ” Je demande au ministère de l’Éducation d’inclure dans le programme scolaire une matière qui touche aux différentes religions, sous le signe du dialogue et de l’harmonie. Cela contribuera à mettre un terme à la violence religieuse”, déclare Mgr Shourabh Pholia, modérateur adjoint de l'”Église du Bangladesh” et Évêque du diocèse de Barishal. L’Évêque anglican est intervenu lors d’une réunion sur le thème de l’harmonie interreligieuse, organisée le 31 octobre à Dhaka. Le programme, auquel ont participé plus de 200 personnes de différentes confessions, était organisé par la “Bangladesh Tariqat Federation”, une organisation politique d’inspiration soufie, sur le thème “Unité interreligieuse pour la paix et l’harmonie”.
Ces derniers jours, les médias sociaux ont fait état d’un incident de violence interreligieuse entre hindous et musulmans. Le blasphème présumé est devenu viral et une foule de musulmans a attaqué la petite communauté hindoue de Comilla alors qu’elle célébrait Durga Puja, une importante fête religieuse hindoue. L’incident a fait au moins sept morts, dont deux hindous, et la tension et le chaos qui ont suivi ont envahi plusieurs villes du Bangladesh. Plus tard, le musulman Iqbal Hossain a été arrêté et a admis avoir orchestré l’incident. Il est maintenant en attente de jugement.
L’Évêque Shourabh Pholia a déclaré : “Je suis attristé par le fait que, alors que nous sommes assis ici ensemble en tant que différents chefs religieux, nous parlons d’harmonie et d’unité ; mais lorsque nous prononçons des discours dans nos lieux de culte, certains d’entre nous prononcent des discours qui attisent l’intolérance. De cette façon, nous ne suivons pas les enseignements de Dieu. Cela ne devrait pas arriver. Au Bangladesh, de nombreux responsables musulmans prononcent des discours de haine dans les mosquées ou diffusent de tels contenus sur les médias sociaux, a noté Mgr Shourabh. “Tant de jeunes s’en prennent aux minorités d’autres confessions”, a-t-il ajouté.
“Nous devons alors considérer, a-t-il poursuivi, que les responsables religieux ont la tâche d’enseigner leur propre foi, mais aussi d’apprendre aux fidèles à respecter les autres personnes de foi. Dans le séminaire chrétien, dans la madrasa , le respect des autres croyances et l’harmonie interreligieuse devraient être étudiés, car aucune religion n’enseigne à blesser les personnes d’autres croyances.
L’Évêque a déclaré : “Nous sommes les éducateurs des enfants. Ce que nous enseignons, ils l’apprennent. Nous devons donc leur apprendre à respecter les autres. À l’école, on devrait enseigner les valeurs et la moralité. Ils ne doivent pas apprendre que leur propre religion est la meilleure. Ils doivent apprendre qu’il n’y a qu’un seul Dieu créateur.
Citant la Sainte Bible, l’Évêque Shourabh Pholia a déclaré : “Dieu tout-puissant nous a créés à son image. Si nous blessons d’autres personnes, nous désobéissons à Dieu. Il est de notre responsabilité de prendre soin de la création de Dieu”.
Au Bangladesh, pays à majorité musulmane, les minorités religieuses sont parfois victimes de violences. Selon “Ain o Salish Kendra” , une organisation bangladaise de défense des droits de l’homme qui documente les attaques contre les communautés religieuses minoritaires, plus de 3 600 attaques contre des hindous ont eu lieu au Bangladesh depuis 2013. L’étude a révélé que les attaques contre les hindous sur une période de huit ans comprenaient des cas de vandalisme et d’incendie criminel de 550 maisons et de 440 magasins et entreprises. Au cours de la même période, plus de 1 670 actes de vandalisme et incendies criminels de temples, idoles et lieux de culte hindous ont également été signalés. Agence Fides, 04/11/2021)