ASIE/CHINE – “Mon séminaire et Moi ” : le séminaire de Pékin célèbre 40 ans d’engagement dans la formation au sacerdoce

 21 total views,  1 views today

Pékin – “Moi et mon Séminaire” est le thème du concours organisé pour les séminaristes du diocèse de Pékin, à l’occasion du 40e anniversaire de la fondation du Séminaire. Le concours s’est déroulé le dimanche 21 novembre, solennité du Christ Roi de l’Univers, avec une présence limitée, en raison des mesures sanitaires, de prêtres, de professeurs et aussi de laïcs, qui ont toujours accompagné le parcours vocationnel des séminaristes par la prière et l’aide concrète. Les séminaristes ont passé en revue le passé, raconté le présent et imaginé le futur, partageant certains thèmes tels que “Mon histoire personnelle avec mon séminaire”, “Le séminaire dans mes yeux”…..
” Gloire au Seigneur, faire du bien au peuple, servir le peuple ” : avec cette devise, le séminaire du diocèse de Pékin a parcouru un chemin de 40 ans dans la formation des vocations, préparant des prêtres pour le diocèse de Pékin mais aussi pour de nombreux autres diocèses frères, notamment dans les zones périphériques et plus éloignées. En fait, la plupart des séminaristes qui ont étudié ici ne sont pas originaires de Pékin. Aujourd’hui, certains sont retournés dans leur diocèse pour mener à bien l’évangélisation locale, d’autres ont eu l’occasion de poursuivre leur formation continue, même à l’étranger, et d’autres encore sont engagés dans le travail pastoral dans les paroisses de Pékin.
En particulier, les paroissiens de la paroisse de Pékin dédiée à Saint-Michel – qui était autrefois la chapelle du séminaire, puis est devenue une paroisse en 2003 en raison des besoins pastoraux de la région, et également un lieu de formation pastorale pour les séminaristes – considèrent les séminaristes comme leurs enfants. Des livres à la nourriture, en passant par les fruits et légumes : leurs offrandes ne se limitent pas à la période des grandes fêtes ou à la Journée des vocations, mais sont quotidiennes, car ils sont convaincus que le séminaire est le cœur du diocèse et que les séminaristes sont l’avenir de l’Église. Lors de la dernière Journée mondiale de prière pour les vocations, malgré le fait que la présence physique des fidèles était impossible en raison de la pandémie, presque tous les curés se sont engagés à mobiliser leurs paroissiens pour soutenir spirituellement et financièrement la formation des vocations.
En 1980, peu après la réouverture de l’église, le séminaire préparatoire du diocèse de Pékin a repris ses activités dans la petite cour de la paroisse de l’Immaculée Conception, l’église construite par le missionnaire jésuite, le père Matteo Ricci, après avoir été fermée pendant vingt ans. Elle a immédiatement accueilli une douzaine de jeunes hommes désireux de se consacrer au Seigneur. En 1989, il a été transféré à la cathédrale de Pékin, l’église Saint-Sauveur, en raison de l’augmentation des vocations, et toujours pour la même raison, il a été transféré dans un autre lieu en 1992.
Enfin, en 2001, la construction et l’ouverture d’un complexe moderne de 476 mètres carrés. Outre les cours ordinaires pour les séminaristes, le séminaire accueille également de nombreux cours de formation pour les religieuses et les laïcs, ainsi que des activités universitaires, puisque la zone où se trouve le séminaire est appelée “le quartier universitaire” de Pékin. Selon les statistiques fournies par le séminaire à l’Agence Fides, le séminaire de Pékin a formé plus de 320 séminaristes, sans compter ceux qui devraient obtenir leur diplôme pendant l’année en cours, avec 187 ordinations sacerdotales et trois évêques. Il y a actuellement 70 séminaristes en théologie, dont 3 étudient à l’étranger.