ASIE/CORÉE DU SUD – La croix en fil de fer barbelé, symbole de paix et de réconciliation

 14 total views,  1 views today

Rome – ” C’est la plus belle croix du monde “, a déclaré le président coréen Moon-Jae In, lors de l’inauguration de l’exposition intitulée ” Le fil barbelé devient un symbole de paix “, organisée par le ministère de l’Unification de la République de Corée, ouverte au public du 29 octobre au 7 novembre dans l’église Saint-Ignace de Loyola à Rome. L’exposition comprend 136 croix réalisées par le sculpteur Kwon Daehun, professeur de sculpture à l’université nationale de Séoul, qui a utilisé les fils barbelés qui marquaient la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord. Il a utilisé le fil barbelé qui marquait la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord et l’a fondu pour créer une œuvre artistique appelée “Croix de la paix”. “La croix exprime le désir ardent du peuple coréen de mettre fin à la guerre et de parvenir à la paix”, a fait remarquer le président Moon, qui est catholique, citant le passage de la Bible “Ils forgeront leurs épées pour en faire des socs de charrue, leurs lances pour en faire des faucilles” .
L’installation, composée de 136 croix réalisées avec des matériaux provenant des palissades érigées pour délimiter la zone démilitarisée de Corée, a été bénie et consacrée il y a quelques jours par le Cardinal Andrew Yeom Soo-jung, Archevêque émérite de Séoul. L’initiative a une signification symbolique et une finalité culturelle et politique : elle vise à susciter l’intérêt du monde entier, en essayant de faire prendre conscience de la nécessité de parvenir à une paix durable dans la péninsule coréenne, comme l’a expliqué le ministre de l’Unification, qui était également présent lors de l’inauguration. En lançant un message de paix et de réconciliation à travers une œuvre de nature spirituelle, a déclaré le ministre à Fides, le gouvernement coréen a voulu reconnaître la contribution de l’Église catholique qui a toujours œuvré pour la paix, l’amour, la justice, la démocratie et les droits de l’homme.
À ce stade, alors que nous devons renouer le dialogue et la coopération pour apporter l’unité et la prospérité à notre péninsule, nous attendons beaucoup du rôle de l’Église catholique à cet égard.
Le sculpteur Kwon Daehun, qui était présent à la cérémonie, a expliqué : “L’œuvre résume la souffrance des chrétiens coréens et leurs aspirations à la paix. En le réalisant, dit-il, j’ai ressenti une profonde compassion.