ASIE/CORÉE DU SUD – le Cardinal Yeom : prions pour une véritable réconciliation, l’unité et la paix dans la péninsule coréenne

 126 total views,  1 views today

Séoul – ” Prions pour une véritable réconciliation, l’unité et la paix sur cette terre divisée, en nous souvenant de la tragédie de la guerre “, a déclaré le Cardinal Andrew Yeom, Archevêque de Séoul et Administrateur apostolique de Pyongyang, lors de la solennelle ” Messe pour la paix dans la péninsule coréenne ” à l’occasion du 71e anniversaire du début de la guerre de Corée . Comme l’a rapporté à l’Agence Fides le Bureau de communication de l’Archidiocèse de Séoul, à la messe solennelle, concélébrée le 25 juin dans la cathédrale de Séoul, avec les Évêques auxiliaires de Séoul, étaient présents plusieurs prêtres et des centaines de catholiques, tout en respectant les mesures anti-Covid-19.
“L’Église catholique de Corée s’efforce par tous les moyens de remplir la mission de devenir un instrument efficace pour la réconciliation et l’unité du peuple coréen”, lit-on dans la note reçue par Fides, qui rappelle comment la Conférence des Évêques catholiques de Corée a désigné le 25 juin comme “Journée de prière pour la réconciliation et l’unification nationales”.
Après avoir récité le chapelet pour la paix, le Cardinal Yeom a remercié le Seigneur pour “nous avoir permis de célébrer la messe pour la paix dans la péninsule coréenne même dans les moments difficiles causés par la pandémie”.
Dans son homélie, le Prélat a rappelé que “Jésus dit de pardonner non pas sept fois mais soixante-dix fois sept fois à ceux qui ont péché contre nous. Aucun processus de paix ne pourra jamais commencer sans une attitude de pardon sincère ancrée dans le cœur des hommes. Nous nous demandons parfois pourquoi nous devrions pardonner à ceux qui ne méritent même pas notre pardon. Cependant, pardonner est en fait une condition pour être pardonné par Dieu, et c’est aussi la condition de la réconciliation mutuelle ; c’est donc la condition pour être réconcilié avec Dieu. Et cela est indispensable pour notre salut”, a-t-il déclaré.
Le Cardinal a ajouté : “Je voudrais réaffirmer que la paix n’est pas simplement l’absence de guerre, mais faire taire les armes et éteindre les foyers de guerre est une condition inévitable pour commencer un chemin qui mène à la paix dans ses différents aspects. Offrir et accepter le pardon est la condition essentielle pour entreprendre le voyage vers une paix véritable et durable. Je suis pleinement conscient que le pardon peut sembler contraire à la logique humaine, qui cède souvent à la dynamique du conflit et de la vengeance. Mais le pardon est inspiré par la logique de l’amour, cet amour que Dieu a pour chaque homme et chaque femme, pour chaque peuple et chaque nation, et pour toute la famille humaine”.
Le Cardinal Yeom a poursuivi : “Comme Jésus nous le dit dans l’Évangile de ce jour, nous tous réunis ici en son nom, nous demandons de tout cœur à notre Père qui est aux cieux de nous accorder tout cela. Je suis sûr que notre prière sera certainement entendue, comme le dit le Seigneur, qui est présent ici et maintenant au milieu de nous.”
La messe a été organisée par le Comité pour la réconciliation nationale de l’archidiocèse de Séoul, qui a été fondé le 1er mars 1995 par feu le cardinal Stephen Kim Sou-hwan, comme moyen de construire la réconciliation et la paix entre la Corée du Sud et la Corée du Nord.
Avec le slogan “Tant que nous nous souvenons d’eux, ils sont vivants”. Tant que nous prions pour eux, notre prière sera exaucée”, le Comité a intensifié sa campagne de prière pour les fidèles catholiques du Nord qui vivent leur vie de foi en secret et en prenant de grands risques personnels. Le Comité a également lancé plusieurs initiatives humanitaires en faveur des populations du Nord, en aidant les réfugiés nord-coréens vivant en Corée du Sud, en promouvant l’éducation à la paix.
Le 15 août 2020, le diocèse de Pyongyang, dans la capitale de la Corée du Nord, a été consacré à Notre-Dame de Fatima, marquant le 75e anniversaire de la libération de la Corée de la domination coloniale japonaise et le 70e anniversaire du début de la guerre de Corée.